Musique / Festivals On le sait, les albums posthumes ont la cote ces dernières années. Mais ces belles opérations commerciales ne sont pas nécessairement bien accueillies par les fans.

Lorsqu'Universal a mis sur le marché un disque de Faces B et de reprises inédites enregistrées par Amy Winehouse, après son décès en 2011, la maison de disque s'est pris une volée de bois vert et a décidé dans la foulée de détruire toutes les démos enregistrées par la chanteuse britannique.

Cela aurait dû éviter toute nouvelle publication posthume, mais la tentation de se donner gratuitement un peu de visibilité était manifestement trop forte pour le producteur londonien Gil Cang, qui vient de mettre en ligne une démo produite par Amy Winehouse lorsqu'elle avait 17 ans et tentait encore d'attirer l'attention d'un label.