Musique / Festivals Petit festival devient grand ! Après MC Solaar, le festival de Ronquières a annoncé mardi la venue d'une autre gloire hexagonale en ses terres: Etienne Daho.

Le parrain de la pop française se produira en effet en bordure de plan incliné le samedi 4 août, soit le même jour que Monsieur Solaar et le lendemain des Girls in Hawaii.

Il viendra présenter "Blitz", album quatre étoiles, dont nous vous disions le plus grand bien lors de sa sortie il y a quelques semaines.



Etienne Daho – "Blitz" **** (CRITIQUE)

Le plus britannique des chanteurs pop français a aujourd'hui 61 ans, bientôt 62. Mais il en paraît dix de moins. Depuis toujours. Cette voix, que d'aucuns audacieux eurent jadis l'outrecuidance de mettre en doute, est plus claire, ronde, douce, sensuelle, grave et maîtrisée que jamais. Comme si elle n'avait pas subi les assauts incessants du temps, comme si celui-ci glissait sans les toucher entre les cordes vocales d'Etienne Daho.

Depuis la fin des années nonante, le natif d'Oran (en Algérie) nous gratifie d'un disque tous les trois ou quatre ans avec la régularité d'un métronome. Si nos comptes sont exacts, celui-ci est son onzième album. Une plaque aux ambiances résolument psyché, enregistrée à et inspirée de Londres. Une City grise et jetlaguée de lendemains post-Brexit qui déchantent. La production de "Blitz", assurée par Daho lui-même et par quelques complices – son acolyte Fabien Waltmann en tête, Jean-Louis Picrot sur trois morceaux et Jade Vincent sur deux – parvient à la fois à lorgner vers la britpop des années 80, les riffs rock hypnotiques de la décennie précédente et l'ère musicale de ce temps. Un travail d'orfèvre minutieux, tissus d'arrangements nombreux, complexes, qui se conjuguent au creux de l'oreille à tous les temps.

Lire la suite de notre chronique