Musique / Festivals

Les Allemands ne sont certainement pas les plus grands faiseurs de hits au monde mais le pays compte tout de même quelques gros succès internationaux à son actif, des artistes cultes et de référence qui ont marqué l'histoire de la musique de ces dernières décennies. De lundi à samedi, La Libre vous propose un florilège de chansons allemandes. Il y aura du pointu, du très grand public, de l'excellence et de l'atroce. En tout cas, festival de choucroutes capillaires garanti.

Les escrocs (Schwindler) (3/6)


Les imposteurs, les faux Allemands et le vrai-faux Allemand


Milli Vanilli "Girl you know it's true" (1988)

Ils avaient belle allure, Rob Pilatus et Fabian Morvan, avec leurs dreadlocks, leurs leggings portés sur cuisses musclées et veste aux épaulettes de déménageurs, leurs chorés improbables et bondissantes (ah, ce saut poitrine contre poitrine... A ne pas essayer à la maison : ça fait mal). Le duo de Milli Vanilli vend des camions de disques en cette fin des années 80. Ils reçoivent même un prestigieux Grammy Award en 1990. On se doutait bien qu'ils faisaient du playback à chacune de leurs apparitions mais en fait, ils ne chantaient pas du tout. Leur pygmalion Frank Farian (qui n'en était pas à son coup d'essai : la vraie voix masculine de Boney M, c'était lui) avait tout manigancé. La supercherie est dévoilée, c'est le große Skandale et la descente aux enfers pour le duo.



Mo-Do "Ein, Zwei, Polizei" (1995)

Il a une tête d'Allemand, il chante en allemand, la musique, bien bourrine, devrait être allemande mais non : Fabio Frittelli est Italien ! On ne comprend pas trop ce choix artistique mais Mo-Do en a vendu des disques, et pas qu'en Germanie.



Nino de Angelo "La valle del eden" (1984)

On a tous cru qu'il était Italien d'Italie mais non : Nino de Angelo est bien d'origine italienne mais il est né à Karlsruhe ! Ce slow langoureux est d'ailleurs d'abord sorti en version allemande. Et c'est tout de suite moins sexy...

La version italienne :


La version allemande :