Musique / Festivals Les Allemands ne sont certainement pas les plus grands faiseurs de hits au monde mais le pays compte tout de même quelques gros succès internationaux à son actif, des artistes cultes et de référence qui ont marqué l'histoire de la musique de ces dernières décennies. De lundi à samedi, La Libre vous propose un florilège de chansons allemandes. Il y aura du pointu, du très grand public, de l'excellence et de l'atroce. En tout cas, festival de choucroutes capillaires garanti.


Les dingos (Der Klapse) (5/6)


Non, la rigueur et le manque de fantaisie ne sont pas l'absolue norme en Allemagne.


Nina Hagen "African Reggae" (1980)

Punkette en furie aux looks délirants, reine de la provoc', sorte de Grace Jones blanche et est-allemande, Nina Hagen la possédée est aussi dotée d'une organe vocal assez impressionnant. Elle ose le yodle sur du reggae et ça dépote !



Klaus Nomi "The Cold Song" (1981)

Attention : ovni ! Klaus Nomi est l'un des artistes les plus étranges et inclassables qui soient, tant par son apparence (coiffure, maquillage et costumes extrêmement travaillés et un brin glauques) que par ses performances très cabaret gay et le choix de son répertoire. Le chanteur à la voix d'opéra courant sur plusieurs octaves mêlait pop, synthétiseurs et musique baroque. Dans "The Cold Song", il reprend de façon théâtrale un aria de Henry Purcell. Ici, en live sur le plateau de Patrick Sabatier (!), qui n'a pas remarqué qu'une des deux "danseuses" est en fait un homme (bon, il l'a bien cherché puisqu'il porte un tutu). Klaus Nomi est mort du Sida en 1983, à l'âge de 39 ans. Il est une premières des victimes célèbres de cette maladie.



Einstürzende Neubauten "Halber Mensch" (1985)

Instruments à faire pâlir d'envie tous les gérants de Brico du monde (scie sauteuse, perceuse, haches et, dans cette vidéo, caddie de supermarché...), expérimentations bruitistes ultimes, ambiance de fin du monde, attitude nihiliste (ils se sont calmés depuis), Einstürzende Neubauten est un des groupes légendaires de la scène alternative berlinoise et ce dès le début des années 80. Achtung, achtung, on s'accroche à l'écoute...



Pour les plus téméraires et ceux qui ont survécu au morceau précédent, on conseille "Autobahn Extended" pour ses solos de tronçonneuse et de disqueuse.