Musique / Festivals

Le chanteur-guitariste de 27 ans a donné l'un des derniers concerts des 25 èmes éditions des Francofolies de Spa. Ambiance.

"Trois ans, il a tourné seul pendant trois ans" lance la speakerine chargée d'introduire l'ultime tête d'affiche des Francofolies de Spa, dimanche soir. Avant de crier joyeusement : "Faites un triomphe à Vianney !" Demande simple, que le public jeune et féminin s'empresse de réaliser en hurlant lorsque celui-ci fait son entrée.

© Alexis Haulot

Vianney, c'est le "One Man Show" par excellence. Le bonhomme est seul en scène avec sa guitare, et s'est fait un nom à toute vitesse grâce à un sens du spectacle assez inouï. On se demande un temps pourquoi une grosse batterie est installée derrière lui si personne n'en joue, mais un batteur et un bassiste font leur entrée durant la deuxième partie du set, pour répondre aux exigences d'une grande scène.

Rage Against Vianney

On a presque envie d'écrire que cet ajout n'était pas nécessaire. Survolté, le "gendre idéal" de 27 ans court dans tous les sens, ajoute boucle de guitare sur boucle de guitare pour donner une certaine ampleur à ses morceaux, et joue volontiers avec les jeunes filles en fleur des premiers rangs. "Veronica", "Quand je serai père" et "J'men fous" sont prestement interprétées. Une boucle de guitare lance l'intro de "Bulls on Parade" avant de poursuivre avec "Killing in The Name" de Rage Against The Machine, mais les deux groupes n'ont pas vraiment le même public, qui ne doit donc absolument pas s'en rendre compte.

© Alexis Haulot

Entre chaque chanson, Vianney parle… Beaucoup. Trop, sans doute, pour le spectateur neutre, moins sensible à son petit numéro de charme que ses nombreuses fans féminines, et qui aimerait donc entendre davantage de musique. "Je m'en vais", "Malade" et "Moi aimer Toi" font leur grande entrée, et le guitariste préféré de ses dames peut enfin se retirer le cœur léger.

La bonne formule

Après l'appel au changement, les Francos savourent "le renouveau", à l'heure de tirer le bilan. 100.000 personnes ont assisté aux concerts, 40.000 de plus sont venues profiter des bars, soirées et concerts gratuits donnés en dehors du site. Même s'il reste "certaines choses à adapter", les organisateurs semblent sur la bonne voie. Un poil d'audace sur la grande scène et la poursuite de l'ouverture au Hip-Hop devraient permettre au festival de s'ouvrir, tout en gardant son public traditionnel.

© Alexis Haulot