Musique / Festivals

Le groupe danois a soigné sa popularité sur la plaine de Dessel samedi soir.

Au milieu des légendes vivantes que sont Guns n' Roses, Iron Maiden ou Ozzy Osbourne et qui composent les têtes d'affiche du Graspop, Volbeat n'a pas fait tâche. Les Danois ont amplement justifié leur statut en délivrant un concert bourré d'énergie.
Dès les premières notes de The Devil's Bleeding Crown, le public déchaîné n'a cessé de chanter et de danser sur les riffs de Michael Poulsen, le charismatique leader du groupe. 
 
Sous ses faux airs d'Elvis des temps modernes, le guitariste et chanteur aura donné le meilleur de lui-même sur A Warrior's Call et puis sur la reprise "I Only To Be With You". Le chanteur gominé a saisi ensuite pour rendre hommage à Johnny Cash en jouant "Sad Man's Tongue" et aux Diables Rouges dont il salua la belle victoire sous les clameurs du public. 
 
Plus tôt dans l'après-midi, les amateurs de football se sont retrouvés dans la fanzone spécialement installée pour l'occasion pour assister à la victoire de notre équipe nationale.
Backyard Babies et Seether ont bien essayé de faire monter l'ambiance en début d'après-midi mais les hostilités sur la scène principale ont véritablement débuté avec la prestation d'Accept. Depuis le départ de son chanteur Udo, voici 4 ans déjà, le groupe allemand a bien du mal à exister malgré d'excellents derniers albums. C'est d'ailleurs sur les riffs de "Restless and Wild", de "The Princess Of The Dark" ou encore de "Balls To The Wall" que le groupe a recueilli les faveurs du public.
Le constat était le même pour Exodus qui, sous le chapiteau Marquee, a délivré un concert puissant durant lequel les titres "Deliver Us To Evil", "And Then There Were None" ont, eux aussi, fait mouche auprès d'un auditoire qui s'est déplacé en masse pour assister au concert des Américains.
Ceux-ci ont d'ailleurs rendu un vibrant hommage à Vinnie Paul, le cofondateur et batteur de Pantera, brutalement décédé la veille. 
 
Volbeat a aussi eu une pensée pour le musicien en choisissant le titre "Walk" de Pantera pour ouvrir son set et en diffusant son image sur les écrans géants.
Dave Mustaine s'est montré beaucoup moins volubile. Comme à son habitude, le leader de Megadeth ne s'est guère épenché en paroles sur la scène; laissant plutôt sa guitare et ses musiciens s'exprimer.
On a d'ailleurs pu apprécier le jeu de batterie de notre compatriote Dirk Verbeuren. Le batteur anversois a joué avec une puissance et une précision qui a pleinement justifié son introduction dans le groupe de l'ancien guitariste de Metallica. Son jeu sur "Hangar 18", "Symphony Of Destruction", "Peace Sells..." ou "The Conjuring" aura bien soutenu la rythmique d'un groupe qui place, à chaque fois, la justesse musicale au plus haut niveau. 
 
On attendait aussi beaucoup de Sons Of Apollo. En effet, le groupe de rock progressif est composé de grosses pointures comme le guitariste Ron Thal (ex-Guns n' Roses), le chanteur Jeff Scott Soto (ex-Yngwie Malmsteen), le claviériste Derek Sherinian et le batteur Mike Portnoy ainsi que le bassiste Billy Sheehan (ex-Mr Big, David Lee Roth) mais l'ambiance festival et une sono disgrâcieuse n'auront pas aidé le groupe dans sa délicate tâche. 
 
Dimanche, Ozzy Osbourne poursuivra ses adieux. Sûr que le Graspop lui réservera un accueil chaleureux...