Musique / Festivals

Sus au selfie, longue vie au sleeveface ! Ce terme barbare, qui se traduit littéralement par "figure pochette", renvoie à une pratique plutôt amusante qui s'est répandue ses dernières années sur les réseaux sociaux. Elle consiste à se prendre en photo avec une pochette de vinyle représentant une partie de corps, et d'ainsi prolonger l'illustration en créant l'illusion. Effet garanti, exemples que voici :

© D.R.

Si l'invention et l'emploi du terme "sleeveface" sont assez récents, la chose ne date pas d'hier. Ses premières traces sur la toile remontent à 2006, sur le site américain Waxidermy.com pour l'anecdote. Plus proche de nous, la librairie Mollat, du côté de Bordeaux, publiait en 2007 une série de portraits du genre en utilisant des couvertures de livres. Mais plusieurs artistes s'y étaient essayés bien plus tôt. On peut citer l'artwork de l'album "Slug Line" de John Hiatt en 1979, celui des moins connus Huey Lewis and the News – "Picture This" – en 1982, ou encore celle du single "Play This (One)" de J Rocc en 2003.

© D.R.

Depuis, le sleeveface est devenu un cybersport international. Un ouvrage – "Sleeveface : Be The Vinyl" – lui a même été consacré. Ses auteurs, John Rostron et Carl Morris, y ont complilé les meilleurs clichés postés par les internautes sur leur website www.sleeveface.com . Et nous vous proposons de faire de même…

A l'occasion de L'Independant Label Market, dont la première édition édition bruxelloise se tiendra ces 7 et 8 avril au WIELS forestois, nous vous invitons à nous envoyer vos sleevefaces-maison sur Let It Sound. Les cinq meilleurs d'entre-vous repartiront avec deux sésames chacun pour les concerts organisés lors de cette foire aux vinyles indés (cf. https://www.facebook.com/events/1866498016736467), et nous posterons sur notre page Facebook une galerie des plus belles réalisations. Résultat du concours : ce vendredi à 15h.

Plein d'autres exemples ici pour vous inspirer : https://bit.ly/2JgYo0N

Et un guide pratique ci-dessous :

A vos LPs...