Musique / Festivals "Al Jamilat" est le nouvel album de la chanteuse libanaise Yasmine Hamdan. Elle y chante en arabe, portée par "des grooves de chameau, de désert". Onze titres enregistrés entre New York, Londres, Paris et Beyrouth.

Elle a la beauté ténébreuse. Longue chevelure de jais, yeux perçants noirs, perfecto, jupe, bottes au diapason. En ce printemps 2017, Yasmine Hamdan sort un nouvel album. Elle l’a intitulé "Al Jamilat" ("Les magnifiques", du nom d’un poème du Palestinien Mahmoud Darwich - 1942-2008). Il y a 20 ans, l’artiste libanaise faisait ses premiers pas en musique en formant, avec Zeid Hamdan, Soapkills. Depuis, elle n’a plus arrêté d’enchaîner les projets. Sous des noms d’emprunt comme sous son propre nom.

Electron libre

A l’occasion de la sortie, en 2009, de "Arabology", un précédent projet qu’elle avait conçu avec Mirwais, elle faisait part, dans le journal français "Libération", de la subtilité des déclinaisons de l’arabe. Avec acuité, elle évoquait "la fluidité de l’égyptien chantant, le percussif palestinien de Nazareth, le libanais plus rond, plus gras, le koweïtien plus mâché". Sur son nouvel album, Yasmine Hamdan continue de chanter uniquement en arabe - à ses yeux, une forme d’engagement - tout en usant un peu moins des dialectes. Elle s’est contentée du libanais et de l’égyptien. Outre l’arabe, sa langue maternelle, la polyglotte parle parfaitement le français, l’anglais, le grec qu’elle a appris "à lire et à écrire avec le nouvel alphabet quand ses parents ont déménagé en Grèce".

1976, année de sa naissance dans le Sud Liban, est aussi celle du début de la guerre civile. Ses parents quittent le pays et n’y reviendront que dans les années 90. Dans l’intervalle, son père, ingénieur civil, les emmène à Abu Dhabi, en Grèce et au Koweït. En 1997, Yasmine Hamdan fait ses premiers pas en musique en formant avec Zeid Hamdan (une homonymie toute fortuite) Soapkills. Le duo trip-hop se voit qualifier d’underground "parce qu’à l’époque, on surgissait de nulle part". Depuis, elle trace sa route en électron libre.

Un groove de chameau

...