Politique

Si l’action en Justice du directeur du Public contre la ministre de la Cuture Alda Greoli (CDH) est spectaculaire, le gros dossier à venir pour Alda Greoli sera bien cet automne, la décision à prendre sur 310 dossiers de demandes de contrats-programmes et conventions en Arts de la scène. Alda Greoli a révélé mardi que les demandes en termes budgétaires dépassaient de 50 % les budgets actuels possibles. 

On doit donc s’attendre à beaucoup de frustrations même si pour ce 30 juin, les différentes commissions d’avis doivent rendre leurs rapports. "J’attends d’elles qu’elle étudient très sérieusement ces demandes avec comme grille les règles nouvelles apportées par l’opération Bouger les lignes. Ceci dit, je prendrai mes responsabilités dans le cadre du récent décret pour arts de la scène". Elle n’a pas encore décidé de la transparence qui sera faite ou non à ces avis.

40 actions

La ministre présentait ce mardi "40 actions pour une nouvelle politique culturelle", qui concrétisent deux ans de travaux tous azimuts réunissant 5000 participants pour refonder la politique culturelle pour le XXIe siècle (opération "Bouger les lignes"). Ces actions détaillées (mais non chiffrées et sans calendrier) sont sur le site www.tracernospolitiquesculturelles.be. Elle donnent des règles de bonne gouvernance, de transversalité, de soutien au statut de l’artiste, de mutualisation des moyens, etc.

Une boussole pour les années à venir, qui sera précisée et chiffrée en une "note stratégique" à chaque début de législature. "Pour montrer l’exemple, je ferai cet exercice en janvier 2018. Les 2,5 ans de législature qui restent doivent enclencher le mouvement et commencer ces actions issues de ce long dialogue avec le secteur".