Politique La culture - notamment populaire - est le dernier bastion de l’aura internationale du Royaume-Uni. Et l'héritage de sa domination politique et militaire d’antan. Elle entretient son image et ses mythes.

S’il est un domaine dans lequel le Royaume-Uni conserve une réelle aura internationale, c’est dans la culture. Et si les Britanniques se sentent si peu européens et uniques, c’est sans doute à cause de ce rayonnement historique. Ancien épicentre de la culture anglo-saxonne, leur pays en demeure un point de référence, même si ses propres artistes sont attirés et inspirés par leurs nombreux cousins.

À travers le Commonwealth, héritage de son empire, le plus vaste que le monde ait connu, le Royaume-Uni possède et réussit ce que l’Europe n’a pas et a échoué à forger : une langue et un fonds culturel communs. Le pays les partage aussi avec la première de ses colonies dissidentes - et non membre du Commonwealth : les Etats-Unis. La dernière puissance authentique du Royaume-Uni réside dans sa "soft power" culturelle. Laquelle pèse d’un poids réel dans l’économie. En 2014, les industries créatives rapportèrent quelque 84 milliards de livres sterling (109,5 milliards d’euros). Avec 9 % de taux croissance, le secteur faisait deux fois mieux que la moyenne de l’économie nationale.