Politique

La plus belle expo d'art contemporain en cours à Rome est celle de la collection Lambert à la Villa Medicis. Yvon Lambert a puisé dans ses collections avignonnaises pour "habiter" de manière stimulante le vénérable siège de l'Académie de France. On connaît cette magnifique villa et son jardin, au bord du parc de la Villa Borghèse, au-dessus de la piazza di Spagna. Son directeur, Richard Peduzzi, le scénographe inspiré de Patrice Chéreau, a donné un bel élan à l'institution et l'a transformée en lieu important de l'art actuel. On se souvient d'expos Kiefer et Pennone, très réussies. Cette fois, la collection Lambert dans ce lieu est une réussite. Les photos de Nan Goldin en Italie (Naples, Venise), les tableaux de Twombly (qui vit à Rome), un Kiefer inspiré par la vasque devant la Villa Médicis, l'installation de Claude Levêque près de l'Orangerie, les dialogues de Broodthaers, une vanité dans une grotte : tout se marie avec bonheur. Il faut espérer que le successeur de Peduzzi continue dans cette voie. On sait que celui-ci doit être désigné en juin par une commission indépendante créée après l'autonomination avortée d'un conseiller de Sarkozy. Le dossier est extrêmement politisé. Chaque fois qu'on cite un favori (Olivier Poivre d'Arvor, Frédéric Mitterrand), c'est pour mieux l'abattre. La "bella" Villa mérite mieux.