Politique

Beaucoup de questions étaient posées sur la lenteur des états généraux de la culture et sur ses résultats possibles. Pour y répondre, la ministre de la Culture, Fadila Laanan, a présenté un rapport intermédiaire qu'elle a développé devant la presse.

1 Bilan. Il y a eu déjà 17 réunions thématiques, 6 autres sont encore prévues. Avec une moyenne de 120 participants par réunion, 35000 lettres d'invitations ont été lancées, le site (forumculture.be) est consulté 6500 fois par jour.

2 Calendrier. Fadila Laanan a dit qu'elle accélérait la cadence. Après la première phase de rencontres thématiques et d'écoute qui se terminera le 3 juin, commencera du 13 juin au 1er juillet, une seconde phase avec 5 rencontres transversales, avec débats contradictoires et propositions de la ministre. Sur des thèmes apparus dans la première phase: coordination des politiques culturelles, couverture du territoire en équipements culturels, articulation entre opérateurs, etc. En parallèle, Fadila Laanan annonce cinq groupes de travail pilotés par l'administration avec une implication des autres ministres de la Communauté dont les thèmes sont: financement et moyens, culture et média, école et éducation, interdisciplinarité et enfin, diffusion et promotion internationale. Ces groupes prépareront les dossiers pour que le cabinet Laanan puisse plancher pendant les vacances et rédiger pour octobre un «rapport d'étape» avec «un vrai programme d'actions». Ce texte sera déposé pour approbation au gouvernement et discuté au Parlement. Ce plan dont on ne sait encore rien (car dans le rapport présenté hier, rien ne filtre des choix futurs) « servira dans la négociation du budget 2006».

En parallèle avec la mise en oeuvre progressive de ce plan, une troisième phase commencera qui confrontera les pistes d'actions avec les autres pouvoirs afin de trouver d'éventuels financements. Il y aura alors un nouveau rapport à l'automne 2006 qui clôturera officiellement ces états généraux.

3 Inactif? Fadila Laanan s'est défendue de rester inactive en attendant l'issue des états généraux. Elle a cité en guise d'exemple l'achèvement du projet de décret sur les instances d'avis attendu depuis des siècles et préalable au nouveau décret sur les arts de la scène. Le texte est soumis au Conseil d'Etat. Elle cite aussi la transparence dans les budgets et parle des mesures d'intégration culturelle prises avec les CPAS en duo avec son collègue fédéral Christian Dupont. Elle évoque la possibilité que les ministres Courard et Picqué puissent amener les communes wallonnes et bruxelloises à ne plus diminuer les subsides actuels à des opérateurs sous contrats programmes par exemple.

4 Financement. Toujours aucune piste concrète de nouveaux financements. La ministre espère avoir les outils pour peser sur un budget 2006 qui s'annonce très serré. Quant aux pistes alternatives, elles sont fragiles. On ne peut imposer (comme on le fait en France) des quotas de subsides culturels aux communes et on ne peut obtenir de mesures fiscales d'encouragement à la culture qu'après accord hypothétique avec le ministre fédéral des finances... et la Flandre. Mais, dit-elle, le refinancement n'est pas tout. Les états généraux ont montré, ajoute-t-elle, que les opérateurs avaient autant besoin de simplifications administratives, de synergies et de redéfinitions des missions, toutes choses qui ne coûtent rien. On a vu ainsi que le récent décret sur l'Education permanente était un monstre bureaucratique qu'il faudra rapidement corriger.

5 Esprit. Son ambition n'est pas d'improviser, dit-elle, mais de procéder à une vraie «refondation» de la politique culturelle (le dernier exercice du genre date de Pierre Wigny, il y a 36 ans). Cela vaut la peine, dit-elle de prendre du temps et la concrétisation se fera « sur plusieurs législatures». Que les impatients le sachent....

© La Libre Belgique 2005