Fadila Laanan, les artistes et leur "combat de pauvres"

rédaction en ligne Publié le - Mis à jour le

Politique

Alors qu'elle était interpellée sur Twitter au sujet des restrictions budgétaires prévues dans les aides à la création, Fadila Laanan s'est laissé aller à un tweet dont elle était probablement -naïvement?- loin de mesurer les conséquences sur le public visé : "En période de crise, c’est normal : combat de pauvres !"

Ce brin d'humour n'a manifestement pas plu aux artistes concernés. Pour rappel, Alexandre Caputo, le président du conseil de l’aide aux projets théâtraux (CAPT), avait déjà écrit à la ministre pour lui faire part de ses inquiétudes quant au poids qui devrait alors être assumé par les artistes, lui demandant que "des économies puissent être envisagées sur des postes qui affecteraient de manière moins radicale la création et l’emploi artistique déjà fragilisés".

Constatant la tournure que prenaient les événements, la ministre a tenté de rectifier le tir : "Inutile de vous exciter sur mon tweet le combat de pauvres est la reconnaissance de la précarité ds laquelle vit la majorité des créateurs", s'est défendue F. Laanan.

Les économies dans la cultures ont fait grand bruit. Elles prévoient notamment la baisse de 45% des subsides pour l’aide aux projets théâtraux (CAPT), qui permet l’engagement de centaines d’acteurs, metteurs en scène, etc., une aide qui finance des projets qui ne sont pas liés à des institutions sous contrat-programme.

Le budget pour ces aides atteignait 1,29 million en 2000 mais n’a jamais été indexé depuis. Pour 2013, la ministre francophone de la Culture, Fadila Laanan (PS), annonce qu’il tombera à 700 000 euros seulement.

Suivez l'actualité de LaLibre.be sur nos comptes Twitter et Facebook. Et téléchargez gratuitement nos applications pour iPhone , iPad et Android, où vous pourrez également télécharger l'édition du jour.

Publicité clickBoxBanner