Politique

Deux députés MR proposent que les musée fédéraux soient gratuits le premier dimanche du mois.

Deux députés MR, donc de la majorité, ont déposé une proposition de résolution qui devrait être discutée jeudi, « visant à instituer la gratuité pour l’ensemble des musées fédéraux le premier dimanche du mois » (Museum des Sciences naturelles, Tervuren, Musée des Beaux-Arts, Cinquantenaire, musée de l’armée, etc.).

Dans leurs justifications , Richard Miller (ex-ministre de la Culture en Communauté française) et Gautier Calomne, s’appuient sur l’exemple de la Communauté française pour, écrivent-ils, mettre en oeuvre une formule destinée à « améliorer les chiffres de fréquentation et, partant, l’accès à la culture ». Ils proposent au gouvernement qu’il définisse un plan avec un phasage qui tienne compte des marges bénéficiaires disponibles.

Ils évoquent en justification, une fréquentation les jours gratuits allant parfois jusqu’à 200% de celle des journées payantes. Ils invoquent les mesures semblables déjà prises, disent-ils, dans les musées français et italiens.

Un sondage rapide auprès de certains musées fédéraux montre cependant que cette proposition est loin de susciter l’adhésion.

On retrouve les objections déjà émises par certains musées en Communauté française où la mesure a dû être imposée de force (on se souvient des objections de Xavier Canonne du musée de la photographie).

La gratuité des expos permanentes et/ou temporaires a un coût (personnel, fonctionnement, etc.) qui n’est pas compensé par des recettes par ailleurs et qui, en Communauté française, reste à la charge des musées déjà soumis pourtant à des politiques de restrictions budgétaires. La gratuité absolue n’existe pas.

L’efficacité en terme d’augmentation du public ou d’accès à la culture reste très controversé avec des études contradictoires. L’augmentation les jours gratuits étant due aussi à un effet d’aubaine pour profiter de ce jour-là et ne pas venir un jour payant. Quant à l’accès à la culture, les musées ont déjà souvent des prix ciblés vers les jeunes ou les précarisés.

"Pas bien informés"

Au niveau fédéral, ces arguments reviennent encore davantage car les musées fédéraux sont soumis à d’importantes restrictions par le gouvernement (où le MR se trouve). Si on trouvait des budgets supplémentaires, ne devraient-ils pas aider d’abord au fonctionnement de base du musée (expos, service éducatif, etc.) entend-on, ce qui améliorera les chiffres de fréquentation? Et si le coût doit être à la charge du musée ce serait une charge de plus impossible pour des musées déjà à la corde.

Alexandra De Poorter, directrice du musée du Cinquantenaire, exprime bien ce sentiment: « J'estime, personnellement, que tous les musées fédéraux devraient en effet être accessibles gratuitement. Mais...., la situation politique et économique ne permet pas de mettre en œuvre une telle opération. Je crains un peu que M. Calomne et M. Miller ne soient pas bien informés quand je constate qu'ils comparent les musées fédéraux aux musées privés ou encore, aux musées étrangers. C’est trop simple de dire qu’on doit offrir la gratuité à tout le monde. Nous survivons grâce aux revenus apportés par les visiteurs. Nos pays voisins gèrent la Culture d'une toute autre manière que la Belgique (p.e. manque de tax shelter pour les musées). Avant de pouvoir fournir la gratuité totale, toute une série de conditions devraient être remplies, tout d'abord, une dotation plus élevée de la part du gouvernement afin de pouvoir mieux gérer le patrimoine fédéral (plus de personnel, plus de budget, une infrastructure adaptée….). Toutefois, le Cinquantenaire fait déjà beaucoup d’efforts vis-à-vis du public, spécialement envers les tous jeunes ». Et de citer en exemple que depuis septembre, tous les enfants et jeunes jusqu’à 18 ans ont l'accès gratuit aux collections permanentes.

Contacté Richard Miller, dit être bien au fait des difficultés des musées fédéraux et sa proposition est, dit-il, de « la stratégie parlementaire pour susciter un débat au Parlement en commission sur les conditions et difficultés des musées fédéraux avec alors l’audition de leurs directeurs. »

Êtes-vous favorable à la gratuité des musées ?

Oui 84,5%
Non 15,5%

485 votes