Marseille a choisi Frédéric Flamand

Guy Duplat Publié le - Mis à jour le

Politique

Frédéric Flamand, directeur de Charleroi/ Danses, aurait été choisi à l'unanimité des membres du Conseil d'administration pour devenir le nouveau directeur artistique du ballet de Marseille et de son école de danse. Mais ce choix devait encore être confirmé par le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres. Ni Frédéric Flamand, ni le Ballet de Marseille, ni le ministère de la Culture, ne confirment encore cette information. Frédéric Flamand se trouvait dans la liste des six noms parmi lesquels devait être choisi le futur directeur du Ballet national de Marseille, la seconde institution en France pour la danse, après l'Opéra national de Paris. Le CA a entendu vendredi les projets des derniers candidats.

Le Ballet national de Marseille a été créé en 1972 par Roland Petit. Il compte 70 salariés dont 35 danseurs. Le Ballet gère aussi l'école supérieure de Danse de Marseille qui accueille en moyenne 120 jeunes chaque année et les prépare en neuf ans au métier de danseur professionnel. La Ballet a été jusqu'il y a peu, dirigé par Marie-Claude Pietragalla, mais celle-ci fut vivement contestée par les danseurs mêmes qui lui reprochèrent de trop axer le travail de la compagnie sur ses propres chorégraphies. Elle fut contrainte à la démission.

Soixante-quatre candidatures furent remises. Et un jury sélectionna, parmi elles, six noms dont Frédéric Flamand, Sasha Waltz, codirectrice de la Schaubühne de Berlin, Michael Denard, ex-étoile de l'Opéra de Paris, Robert North, un directeur américain, Yves de Bouteiller et Peter Jacobson, directeur des Ballets de Suède. Mais deux des principaux candidats: Sasha Waltz et Michael Denard se sont désistés laissant la place libre pour notre compatriote.

Redessiner le paysage

Le départ, maintenant très probable de Frédéric Flamand entraînera un grand bouleversement dans le paysage de la danse francophone belge.

Charleroi/Danses peut continuer un temps sur sa lancée: l'institution est en équilibre financier, un avenant au contrat- programme sera vraisemblablement signé et les tournées prévues cet été au Liban et ensuite à Sao Paulo auront bien lieu. Les questions qui se posent sont néanmoins importantes. Charleroi/ Danses existe essentiellement autour du talent et de la notoriété de Frédéric Flamand et la compagnie ne danse que ses productions. On ne voit pas - a priori - de personnalité à même de reprendre Charleroi/ Danses. On parle déjà de «dépeçage» possible, certains estimant que Charleroi/Danses monopoliserait trop de budgets: 3 millions d'euros annuels de subventions, dont 500000 redistribués à d'autres compagnies, soit quasi la moitié du budget danse total de la Communauté. Mais globalement, le budget danse reste le parent pauvre des budgets culturels et n'atteint pas la moitié du budget flamand pour un nombre nettement plus grand de compagnies. Dans une interview au «Soir», Henry Goffin, l'administrateur principal de la compagnie n'excluait aucun scénario, y compris l'abandon d'une compagnie permanente de danse. Il plaidait pour un temps de réflexion et une consultation du secteur d'autant plus que d'autres problèmes restent non-résolus comme l'avenir de la Raffinerie à Bruxelles.

© La Libre Belgique 2004

Publicité clickBoxBanner