Politique

L'Observatoire des politiques culturelles de la Communauté française a étudié toutes les activités pratiquées durant les temps libres. Les résultats portent sur l'année 2007 et peuvent être comparés à ceux d'une enquête similaire datant de 1985.

La nouvelle enquête montre logiquement l'irruption d'internet. On lit de moins en moins, on regarde moins la télé, mais on passe de plus en plus de temps devant l'écran d'ordinateur. Selon l'étude, 94% des francophones estiment qu'il y a assez d'infrastructures culturelles et collectives (ils étaient 70% en 1985).

Alors qu'en 1985, 26% des sondés définissaient les loisirs comme "ne rien faire", ils ne sont plus que 15% à le penser en 2007. Ils sont par contre 26% à penser que c'est l'occasion de s'activer, d'aller de l'avant, et 24% à estimer que c'est l'occasion de penser, de réfléchir.

Les festivals connaissent un succès croissant. Un francophone sondé sur 5 citait le festival comme sortie culturelle en 1985, contre un peu plus d'un tiers (34%) en 2007. Tout n'est cependant pas rose: l'enquête montre que les publics ne se renouvellent pas facilement. "Si on ne s'en préoccupe pas, on risque de voir décroître les publics", prévient le responsable de l'enquête.