Opéra royal de Wallonie: un travail délicat et colossal

Isabelle Lemaire Publié le - Mis à jour le

Politique

Entamé en janvier 2010, le chantier de restauration et de rénovation du Théâtre royal de Liège, qui abrite l’Opéra royal de Wallonie (ORW), touche à sa fin. Ce projet, assez unique en son genre, visait à ce que le bâtiment néoclassique, dont la construction avait débuté en 1818, retrouve tout son cachet d’antan, grâce à une minutieuse restauration à l’identique se basant sur des plans et des gravures d’époque. Le lifting des éléments décoratifs a été confié à la société flamande Profiel qui avait assuré la restauration de la Monnaie.

"Chaque détail a été soigné, explique Marie Pirlet, maître de l’ouvrage. Les moulures ont été nettoyées, réparées et dorées à la feuille d’or. La toile marouflée de la coupole a subi un nettoyage en profondeur et elle a retrouvé ses couleurs pastel d’antan. Les rampes des escaliers menant aux balcons ont été repolies et revernies et les loges seront tapissées par un papier peint velouré rouge, créé spécialement par un artisan tapissier qui a reproduit à l’identique le papier original." La restauration du grand lustre qui orne la salle a, elle, été confiée à un artisan bronzier parisien. Quant au Grand foyer, la Ville voulait en faire une salle d’apparat. Tous les ajouts datant des années 60 (des luminaires et des miroirs fumés) ont été ôtés, un parquet de chêne posé, la pièce repeinte en beige et or.

Mais la Ville de Liège souhaitait également donner un coup de neuf à la bâtisse et l’agrandir. Et voilà donc le Théâtre coiffé d’une gigantesque hyperstructure moderne, en lamelles d’aluminium tricolores, qui culmine à 36 mètres, ce qui double la hauteur de la scène. Cet appendice servira à accueillir des locaux techniques et administratifs ainsi qu’une salle de répétition, dotée d’une terrasse offrant une vue imprenable sur la ville et desservie par des ascenseurs panoramiques.

Côté machinerie, de nombreuses modernisations ont été opérées. "Pour nous adapter aux standards en vigueur, nous avons rehaussé la cage de scène pour y installer une machinerie motorisée et informatisée, indique Marie Pirlet. Nous allons fixer des perches pouvant supporter 500 kg (au lieu de 200 précédemment), ce qui permettra de poser plus d’éclairages et d’utiliser des décors plus conséquents." En première mondiale, l’ORW va utiliser le système Spiralift, une technique qui permet de monter à grande vitesse et dans un silence absolu les quatre scènes mobiles que comptera le plateau.

L’Opéra semble avoir réussi le délicat pari de combiner tradition et modernité, au prix d’un chantier long de deux ans et demi et d’un budget de 31 millions d’euros. "Le Théâtre rénové sera un outil exceptionnel, au service du tourisme et de la culture", s’est félicité le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer. La fin du chantier est prévue pour le 13 août. L’inauguration officielle aura lieu le 19 septembre.

Publicité clickBoxBanner