Où en est le musée ?

Guy Duplat Publié le - Mis à jour le

Politique

Art Brussels est le moment d’effervescence autour de l’art contemporain à Bruxelles et la question se (re)pose inévitablement de l’absence d’un tel musée à Bruxelles, d’autant plus criante que le musée d’Art moderne est fermé depuis plus d’un an. Il est difficile aujourd’hui de voir clair sur l’avenir de ce musée.

Début février, dans nos colonnes, le ministre de tutelle, Paul Magnette, avait révélé ses pistes, mais celles-ci sont toujours dans la brume.

Il proposait comme lieu définitif d’un tel musée le bâtiment actuel de la Cour constitutionnelle, place Royale à Bruxelles, mais, contactés par nous, les deux présidents nous ont fait savoir qu’ils n’ont eu aucun contact avec le ministre et qu’ils s’étonnent d’une telle proposition en période d’économies car le bâtiment de la Cour a été spécialement aménagé pour la Cour depuis vingt ans à grands frais, avec entre autres une salle de cent places. Détruire cela pour y installer un musée et déménager la Cour en adaptant un autre lieu leur semble un gaspillage. Répondant mercredi à la chambre à des interpellations, Paul Magnette n’évoque d’ailleurs plus cette piste et renvoie la balle au "groupe de travail déjà constitué qui doit poursuivre ses réflexions tant sur le financement que sur la localisation". Un groupe qui attend toujours le rapport préalable de faisabilité économique promis par McKinsey.

À court terme, Paul Magnette promettait de réinstaller le musée d’Art moderne au sein même du musée des Beaux-Arts "dans les 12 à 18 mois maximum", disait-il, en utilisant les locaux dits de "l’extension" du musée (3000 à 5000 m2), vides depuis l’enlèvement de l’amiante. Mais contacté par nous, le ministre en charge de la Régie des bâtiments n’a toujours pas programmé de travaux dans cette aile du musée, se concentrant sur le "musée Fin de siècle". A la chambre, Magnette indique que ses collaborateurs ont eu un contact à ce sujet avec la Régie, aucun agenda n’est encore fixé, mais que le délai promis "semble tenable".

Il parlait aussi de déplacer le musée des instruments de musique (Mim) dans le Dexia Art center (ex-Vanderboght) en synergie avec la Monnaie et d’installer alors dans l’Old England un "musée Art nouveau" qui serait relié au "musée Fin de siècle" par un tunnel. Mais, ici aussi, on pointe que l’installation du Mim avait coûté 900 millions de francs belges à l’époque et qu’il y aurait un gaspillage à tout casser pour y mettre un autre musée et à repayer pour l’installation du Mim au Dexia Art center. Les dirigeants de la Monnaie étaient hier, précisément, chez "leur" ministre de tutelle, Laurette Onkelinx.

Publicité clickBoxBanner