Politique

Après la fronde générale des milieux culturels contre les mesures drastiques et immédiates d’économies qui leur sont imposées par la nouvelle majorité, Didier Reynders (MR) était monté au front en annonçant mercredi dans nos colonnes qu’il voulait une "exception culturelle" pour les trois institutions biculturelles qu’il gère (ONB, Monnaie, Bozar) et que les économies demandées seraient divisées par deux. Elke Sleurs (N-VA), secrétaire d’État à la politique scientifique qui a la tutelle sur les grands musées, la Bibliothèque royale, etc., avait réagi dans nos colonnes pour indiquer que Reynders ne parlait qu’en son nom propre sans accord préalable du gouvernement.

Le kern réunissant les principaux ministres avait ce point jeudi matin à son ordre du jour et a trouvé une solution simple : les deux ministres auront droit à la même exception culturelle. Il n’y aura pas d’exception à l’exception culturelle. Didier Reynders lui-même a répondu à la Chambre sur ce sujet, au nom de tout le gouvernement (et non le Premier ministre) et Elke Sleurs est même venue l’embrasser à la fin de son intervention !

Tous les chiffres annoncés par Reynders ("La Libre" de mercredi) sont confirmés. Mais en échange, Elke Sleurs reçoit la même exception sous forme d’un "paquet de millions" qu’elle pourra répartir entre les 13 institutions dont elle a la tutelle afin d’atténuer l’effort budgétaire, en fonction des caractéristiques différentes de chacun. Les experts plancheront. Découvrez l'intégralité de cet article dans notre sélection Lalibre.be (4,83 euros par mois).