Politique

Le Théâtre de marionnettes de Toone pourrait fermer en septembre 2016 - l'année de son cinquantième anniversaire dans l'Îlot sacré - si aucune solution n'est trouvée pour pallier la baisse de 5% de la subvention accordée par la Fédération Wallonie-Bruxelles en 2016, et même sa suppression pure et simple en 2017. 

Cette décision, prise en juillet 2015 par la ministre de la Culture Joëlle Milquet sur suggestion du Conseil de l'Art dramatique, s'explique par le fait que le Théâtre de Toone ne relèverait pas de la culture, mais du tourisme ou du patrimoine, s'étrangle José Géal, Toone VII. La subvention de 211.000 euros devait être rabotée de 5% en 2016 puis supprimée en 2017. La tranche de subvention devrait permettre de tenir jusqu'en septembre 2016 "puisqu'il faudra payer les préavis de ceux qui travaillent" au théâtre.

"Cela fait deux ans que la ministre dit qu'on doit se voir", constate José Géal, qui dit avoir essayé d'obtenir un rendez-vous, en vain. Les contacts à la Ville de Bruxelles n'ont pas donné grand chose non plus jusqu'ici.

Une réunion du conseil d'administration du théâtre est prévue le 18 mars. "Cette réunion servira à voir à quels contrats on doit mettre fin", commente le président du CA, Yvan Vandermeersch.

La Ville de Bruxelles soutient le théâtre dans sa démarche et comprend l'inquiétude de l'équipe, a communiqué dans la foulée à Belga l'échevine de la Culture de Bruxelles-Ville et députée fédérale, Karine Lalieux (PS). "La ministre de la Culture nous a garanti en septembre qu'elle trouverait une solution pour les 5% éliminés des subsides pour 2016 et tous les budgets futurs. Je demande que la ministre fasse ce qu'elle a promis pour que le théâtre ne doive pas vivre dans cette angoisse de savoir si il pourra continuer à survivre." L'échevine a encore indiqué qu'elle prendrait contact avec Mme Milquet dès lundi.

Le Théâtre royal de Toone existe depuis 1830 et il est le seul théâtre de marionnette traditionnelle bruxelloise encore en activité. Son répertoire compte 35 pièces, dont les oeuvres de Michel de Ghelderode pour marionnettes. C'est désormais le fils de José Géal, Nicolas (Toone VIII), qui dirige le théâtre.