Scènes

Avec douze titres à l'affiche de sa prochaine saison, le Théâtre de la place des Martyrs offre un large éventail de thèmes, d'auteurs et de sensibilités artistiques à ses spectateurs. Nantie d'un contrat-programme reconduit (LLB du 17/4), la troupe de Théâtre en Liberté fondée et animée par Daniel Scahaise poursuit sa politique de compagnonnage avec d'autres compagnies.

Le maître des lieux proposera deux mises en scènes. Il ouvre la saison avec "Lorenzaccio" d'Alfred de Musset, dont il rêvait de confier le rôle titre à Emmanuel Dekoninck depuis que ce dernier avait joué Hamlet sous sa direction. "C'est une pièce compliquée pour le metteur en scène, mais elle est tellement libre de ton, à la fois cruelle et lucide, et si moderne dans le regard qu'elle jette sur la politique ! Nous ne la ferons pas en costumes Renaissance : ce n'est pas le drame historique qui m'intéresse, mais son côté, si j'ose l'expression, "rock'n'roll". L'action se déroule entièrement durant le carnaval, c'est tout dire..."

Dans la deuxième partie de la saison, Daniel Scahaise revient à Eugène Labiche et au vaudeville, avec "Les Chemins de fer", comédie-poursuite littéralement inénarrable - et très rarement jouée - qui part d'un bureau d'encaissement de dividendes de l'administration ferroviaire. Portraits au picrate des employés, des actionnaires et des petits porteurs, emballement de l'intrigue : "C'est un vrai film de Mack Sennett, complètement surréaliste et échevelé. Pascal Charpentier nous compose des musiques originales pour les couplets qui seront interprétés par des musiciens en scène, dont Delphine Bertrand au chant."

Classique parmi les classiques, "Bérénice" de Jean Racine sera mis en scène par Philippe Sireuil, désormais en résidence aux Martyrs avec sa Cie La Servante. Dans cet affrontement entre "passion et déraison d'Etat", on retrouvera notamment Anne-Pascale Clairembourg et Itsik Elbaz. Le spectacle est coproduit avec le Théâtre de Carouge à Genève. Elvire Brison et son Théâtre du Sygne poursuivent leur route aux Martyrs avec "Les Revenants" de Henrik Ibsen où elle dirigera une équipe de haut vol : Idwig Stéphane (que l'on n'a guère vu sur nos scènes depuis dix ans), Stéphane Excoffier, Itsik Elbaz, Erika Sainte, John Dobrynine. L'oeuvre compta dans le lent processus de l'émancipation féminine; une nouvelle adaptation de Jacques De Decker.

Auteurs belges

Les auteurs belges sont bien servis. Outre l'accueil de Bruno Coppens avec "Ma Terre happy" et la reprise de "Marrakech" de Paul Pourveur, on découvrira la version scénique de "Biographie de la faim" d'Amélie Nothomb par Christine Delmotte (avec Nathalie Cornet dans le rôle principal), "Le Masque du dragon" de Philippe Blasband mis en scène par Hélène Theunissen et "Les Anciens" qu'ont inspiré à Olivier Coyette les comédiens Anne-Marie Loop et Christian Crahay.

Richard Kalisz et son Théâtre Jacques Gueux feront leur première apparition aux Martyrs avec "Quelque chose d'Anne Frank", retour sur le célèbre "Journal" de la jeune martyre juive allemande à Amsterdam. Michel Huisman, lui, revient à ses premières amours théâtrales en mettant en scène la troupe de Théâtre en Liberté dans "Le Premier" d'Israël Horovitz, fable ravageuse sur l'arrivisme ordinaire. Pour être complet, mentionnons encore un échange entre les Martyrs et le Théâtre de la Valette avec "Le Voyage" de Gérald Aubert à Bruxelles.

Bruxelles, Théâtre de la place des Martyrs. Tél. 02.223.32.08, Web www.theatredesmartyrs.be