Scènes Dans la grande salle de la Royale Philharmonie de Saint-Symphorien (Mons), bordée par une chaussée fréquentée, mais ceinte d’un grand champ aux coquelicots épars, Max Charue, Antoine Dandoy, Julien Mairesse et Adélaïde Wlomainck montent, malgré la moiteur d’une matinée orageuse, un instrument pour le moins intriguant  : un marimba, un instrument à percussion et à clavier(s) d’origine sud-américaine sur lequel peuvent jouer simultanément un à quatre musiciens à l’aide de baguettes. Aux côtés de l’imposant marimba, ils disposent des casiers et… un vélo. (...)