Scènes Michèle Anne De Mey et Jaco Van Dormael créent un conte dansé nourri d’expérience. À partir du 3 octobre au National. Avant-propos.

La chorégraphe et le cinéaste sont les coauteurs de deux immenses succès scéniques des dernières saisons : "Kiss & Cry" puis "Cold Blood" mêlent nanodanse, objets et images avec maestria - et continuent d’ailleurs de tourner.

La matière de leur nouvel opus vient du reste d’un événement survenu lors d’une tournée l’hiver dernier, à l’aéroport de Toronto. Après "une balade trop longue dans le froid", Michèle Anne De Mey perd connaissance. Durant ce bref coma, elle vit une near death experience ou expérience de mort imminente. "Je suis partie, raconte-t-elle, vers un endroit où je pénétrais pour la première fois. Depuis que j’en suis revenue, tout est différent : les perceptions, les peurs, le rapport au monde, à la vie. J'ai découvert une manière de voir la vie avec tous ses défis, sa beauté, sa douleur."


La danseuse propose à son compagnon de la mettre en scène, dans un solo qui rendrait compte de cet épisode hors du commun. Comment dire l’indicible ? c’est toute la question. "Le flottement, l’apesanteur, la lumière, la chaleur" dont parle Michèle Anne sont les éléments avec lesquels compose Jaco dans ce "spectacle à voir avec les yeux, pas à travers une caméra". Dans le monde entrevu alors, décrit par la chorégraphe comme "un endroit inconditionnellement plein d’amour", le temps et l’espace sont abolis. "Tout le monde est féminin. Il y a les vivants, les morts, les pas encore nés, les personnes que j’aime. Il n’y a pas de mots mais une communication extrême."

"Depuis cette expérience, 
j'ai compris que l'amour,
c'est la résistance absolue"

- Michèle Anne De Mey

Pour porter les mots sans parole, la chorégraphe a choisi le langage des signes - "le plus international, imagé, dansable".

Sensation, action, illusion

Création du Studio TN, et présenté dans le cadre de Toernee General, "Amor" est un spectacle non narratif. "Un défi pour moi qui ai travaillé toute ma vie sur des scènes pas interchangeables", sourit le réalisateur du "Tout Nouveau Testament". La narration, du moins, se conçoit par la sensation.

"On a travaillé par morceaux.
Maintenant on passe le peigne fin.
Les murs tiennent. On s’occupe des détails"
 
- Jaco Van Dormael, en répétition.

"Action !" lance Jaco, du gradin, tandis qu’on découvre, en répétition, quelques scènes de la pièce. Lumières, ombres, projections entrent en jeu : neige, porte entrouverte sur une silhouette qui s’avance, corps dédoublé… 

© Hubert Amiel

Un solo de danse est en train de naître, nourri d’expérience et tissé d’illusions - grâce aux caméras d’un orfèvre ou au "tour de magie" mis au point par Fatou Traoré, elle-même danseuse et chorégraphe, spécialiste en lévitation.


  • Bruxelles, National (grande salle), du 3 au 15 octobre. Durée annoncée : 1h15. Infos & rés. : 02.203.53.03, www.theatrenational.be
  • "Amor" sera ensuite au Théâtre de Namur du 17 au 21 octobre, et au Manège à Mons le 21 novembre.
  • Reprise de "Cold Blood" du 17 au 19 novembre au Théâtre de Liège, et du 12 au 23 décembre au National.