Antoine Guillaume et Broadway

Camille Perotti Publié le - Mis à jour le

Scènes

Antoine Guillaume est un comédien plein d’énergie. Déjà remarqué pour son rôle de prince gay dans "Cendrillon, ce macho !" (qui sera repris au Théâtre de la Toison d’or à la fin de l’année), il se livre cette fois dans un seul en scène drôle et généreux où l’on découvre qu’il recèle de multiples talents.

Dans "Antoine Guillaume assume", on assiste à un impressionnant tour de chant entrecoupé de scènes où il "assume" le fait d’aduler des chanteuses que personne ne connaît, de s’être déguisé en Mary Poppins lors d’une Gay Pride, d’avoir préféré les claquettes à la boxe quand il avait huit ans, de partir en vacances à Disneyland même s’il sait que "ce n’est pas un vrai pays", d’avoir un sac à dos Tigrou et une housse de couette Liza Minelli, etc. Co-écrit avec Sébastien Ministru, le texte bouscule gentiment la communauté gay et dévoile quelques bribes de la personnalité attachante d’Antoine Guillaume, depuis sa stigmatisation à l’école par la maîtresse jusqu’à sa solitude. Ni pathos ni sensiblerie, légèreté et humour sont les maîtres mots de l’artiste qui n’hésite pas à délivrer des "trucs et astuces" pour les mamans de garçons homosexuels.

Si son amour pour les hommes constitue le fil rouge du spectacle, le chant passe avant tout et ce sont d’ailleurs ses (187 !) disques de comédies musicales anglo-saxonnes ("épargnez-moi Kamel Ouali !" ) qui effraient parfois ses conquêtes.

Escalier aux marches fluorescentes, rideau de fils d’or, feux de la rampe, Antoine Guillaume qui allait écouter Juliette Gréco alors que le monde entier ne jurait que par U2 semble être né dans ce décor de cabaret. Digne d’un chanteur de Broadway, il enchaîne les chansons en dansant. La maîtrise de sa voix, sa diction et son jeu sont impressionnants et l’on ne s’ennuie pas une seconde à le voir jongler avec les émotions et les rôles avec tant d’autodérision.

Drôle du début à la fin, ce spectacle mis en scène de manière burlesque mais sans excès par Nathalie Uffner séduit par sa légèreté et son humour. Aucun doute, Antoine Guillaume a sa place à Broadway.

Camille Perotti

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Avec Roland Mahauden s'éteint une figure centrale et solaire du théâtre belge

    Longtemps directeur du Poche, à Bruxelles, il était homme de découvertes, d'engagements forts. Olivier Blin, qui collabora avec Roland Mahauden dès les années 90, pilote depuis 2016 le théâtre sis dans le bois de la Cambre. Il rend hommage à celui ...

  2. 2
    Roland Mahauden, homme de théâtre et au-delà

    Le Poche pleure un ancien directeur toujours engagé, dont la disparition laisse un grand vide et une foule de traces, de Bruxelles à Kinshasa.

  3. 3
    Alexis Michalik: "Plus ça marche et plus je reçois des récompenses, plus ça me détend"

    Le comédien, auteur et metteur en scène français est à Bruxelles avec trois pièces. Trois immenses succès. Un thé fumant dans un gobelet en carton entre les mains, Alexis Michalik, sourire bienveillant, se prête tout en décontraction à ...

  4. 4
    L’enfant et ses droits, au coeur de la danse

    Boris Charmatz, 45 ans, danseur, chorégraphe, artiste associé au Festival d’Avignon 2011, qui dansa en 2012 un magnifique duo, « Partita 2 » avec Anne Teresa De Keersmaeker, créateur d’un musée de la danse à Rennes, est désormais le 3e artiste que ...

  5. 5
    José Besprosvany : "La liberté, parfois, coûte cher"

    " Ne faites pas trop attention au bazar. On se croirait un peu dans une brocante", nous guide sur la scène du Théâtre royal du Parc le chorégraphe José Besprosvany, lunettes de vue posées sur le bout du nez. À quelques jours de la première ...

cover-ci

Cover-PM