Scènes

Guy Cassiers met en scène un texte terrible de la Prix Nobel Elfriede Jelinek sur la crise des migrants. Critique.

« Grensgeval/Borderline » sera le seul spectacle belge au Festival d’Avignon cet été avec, en danse, « Kalakuta Republik » de Serge Aimé Coulibay. Guy Cassiers l’a créé jeudi au Toneelhuis d’Anvers et il arrivera en juin au Kaaitheater, surtitré.

C’est un événement, sur un sujet terrible : les réfugiés qui arrivent chez nous pour fuir les guerres et tombent sur des frontières et des esprits fermés, aux antipodes des valeurs de l’Europe. C’est la thèse d’Elfriede Jelinek, prix Nobel de littérature dont on connaît la prose incandescente et les attaques virulentes contre les cynismes de l’opulente Autriche.

En 2013, elle écrivait d’un trait ce texte, « Les Suppliants », qui annonçait la crise des migrants. Le titre renvoie à Eschyle qui racontait comment les 50 filles du roi Danaos, fuyant les mariages imposés avec l’ennemi, reçurent l’asile et la protection du roi d’Argos.

La chanson du nounours

(...)