Scènes Rencontre À Luxembourg

Les cheveux poivre et sel, la barbe blanche, le regard attentif, John Malkovich donne la même impression qu’à l’écran, vaguement inquiétante et mystérieuse. Son nouveau rôle dans "The Infernal Comedy" de Michael Sturminger qu’il met également en scène n’altérera pas son image d’acteur excellant dans les rôles de méchants et autres cinglés. En l’occurrence, il interprète le tueur en série autrichien Jack Unterweger qui, après avoir été emprisonné pour le meurtre d’une femme, est libéré pour conduite exemplaire et grâce à la pression d’intellectuels. Six mois après sa sortie, il devient journaliste et écrivain rennommé tout en récidivant. Entre 1990 et 1993, il a étranglé onze prostituées avec leurs bretelles de soutien-gorge. En 1994, il s’est suicidé pour éviter une peine à perpétuité.

"J’ai beaucoup lu à propos d’Unterweger", explique John Malkovich qui avait souhaité réaliser un film sur le tueur en série lors de sa libération médiatisée, en 1990.

À l’origine du projet, Martin Haselböck, chef d’orchestre qui signe le concept musical, et Michael Sturminger, auteur du texte et co-metteur en scène, imaginent avec l’acteur un spectacle alliant musique et théâtre. Sans être un opéra, "The Infernal Comedy - Confessions of a serial killer" mêle la modernité du texte au baroque de la musique et sera présenté pour une seule date (complète), ce mercredi 12 mai, au Bozar, à Bruxelles.

"Dans le spectacle, le tueur vient présenter son autobiographie pour la vendre et revient sur des épisodes de sa vie lors de sa conférence à l’allure de confession", explique John Malkovich d’une voix très douce contrastant avec son visage buriné. "Je pense qu’il y a des moments de réelle beauté dans ce spectacle." Et si les spectateurs rient parfois, c’est, d’après le comédien, "parce qu’ils ne sont pas touchés directement, c’est une forme de défense aussi".

Pour son personnage, John Malkovich s’est beaucoup renseigné mais il ne recherche pas la vérité malgré son jeu réaliste. "C’est un spectacle, pas un documentaire, il y a de la fiction. Je me suis préparé au niveau technique pour que le personnage soit ressemblant comme pour l’accent, par exemple, mais je ne suis pas convaincu par l’imitation, je préfère faire jouer l’imagination."

"Il n’est pas question non plus de prendre parti, ajoute-t-il, j’ai bien sûr ma propre opinion quant à la motivation du tueur mais je ne dois pas la prendre en considération quand je joue sur scène."

Au Philarmonie de Luxembourg, à la veille de la première amorçant une tournée mondiale faisant escale à Bruxelles puis à Paris, Istanbul, Hambourg, Bilbao, Tarragone, Malaga, Athènes jusqu’à Toronto, l’équipe artistique se prépare pour la générale, ultime répétition.

L’ambiance est plutôt détendue même si l’acteur tient encore son texte à la main. Sans costumes ni lumières, le spectacle est toutefois fascinant, l’alchimie entre jeu théâtral et chants d’opéra fonctionne à merveille. La cantatrice slovène Bernarda Bobro et la Polonaise Aleksandra Zamojska mettent leurs belles voix claires et impressionnantes au service de leurs rôles de victimes tandis que l’ensemble autrichien, l’Orchester Wiener Akademie, composé d’une trentaine de musiciens et dirigé par Martin Haselböck, symbolise les témoins des meurtres qui se déroulent - de manière réaliste ! - sur des thèmes de Mozart, Vivaldi, Gluck, Weber, Haendel.

Lors des représentations, John Malkovich risque de faire frissonner le public car il est d’autant plus effrayant qu’il joue avec un minimum de gestuelle.

Avant de se produire sur la scène de Bozar à Bruxelles, l’acteur et réalisateur américain présentera le film gothique "Mary Reilly" de Stephen Frears dans lequel il interprète le double rôle du Dr Jekyll et de Mr Hyde pour inaugurer la rétrospective que lui consacre la Cinematek. S’il a toujours alterné cinéma et théâtre, petites et grandes productions, le comédien avoue ne pas avoir de préférence pour l’un ou l’autre art, "les deux sont si différents qu’il est compliqué de choisir." Lors de sa rétrospective cinématographique, on pourra voir ou revoir entre autres "L’Empire du soleil", "Les Liaisons dangereuses", "Par-delà les nuages", "Portrait de femme" ou "Dans la peau de John Malkovich".

Bruxelles, Cinematek, le mercredi 12 mai à 17h. Complet ! Infos : 02.551.19.19 et www.cinematek.be

Spectacle au Bozar, le 12 mai à 20h30. Complet. Infos : 02.507.82.00 et www.bozar.be