Scènes

A la tête du Chœur de Chambre de Namur et de la Cappella Mediterranea, Léonardo Garcia Alarcon mène une tournée triomphale. Reportage à Buenos Aires.

La plus belle chose qui puisse arriver à un chef d’orchestre et à ses musiciens est de grandir ensemble. A preuve, la tournée que mènent en ce moment le Chœur de Chambre de Namur et son chef argentin dans le fief de ce dernier.

Natif de Buenos Aires, âgé aujourd’hui de 41 ans, et formé dans sa ville natale, Leonardo Garcia Alarcon se rendit à Genève au début des années 2000 pour se perfectionner en musique baroque. Il découvre Bruxelles après avoir été invité par le Printemps Baroque du Sablon à y diriger « Ulisse nell Isola de Circe », de Giuseppe Zamponi (1615-1662) à la tête de l’Ensemble Clematis : chef, opéra et compositeur sont alors inconnus - même si l’on sait que cet opéra fut joué à la Monnaie en 1650 - et pourtant c’est (déjà) un triomphe. C’est aussi le début d’une histoire d’amour entre le jeune chef argentin et la Belgique. Repéré par Jean-Marie Marchal, directeur du Chœur de Chambre de Namur, il prend la direction du chœur en 2010 et y adjoint la Cappella Mediterranea, ensemble instrumental franco-suisse qu’il avait fondé quelques années plus tôt.

Sept ans plus tard, il réalise un rêve : retourner avec « ses » ensembles européens dans sa ville natale, et se produire – pour la première fois de sa vie - au Théâtre Colón, un lieu mythique, réputé dans le monde entier pour sa beauté, ses vastes proportions (près de 4000 places, y compris les places debout) et sa fabuleuse acoustique, à laquelle est attaché le nom de l’architecte belge Jules Dormal !

(...)