Scènes

Le cri d’alarme de la mère de la danse contemporaine africaine semble avoir été entendu. Partiellement. Un grain d’espoir souffle enfin sur l’Ecole des Sables. Rendez-vous à Toubab Dialaw avec la célèbre danseuse de Béjart.

Digne, imposante, du haut de ses 73 ans. Seule danseuse africaine de Béjart, elle dirigea Mudra Afrique, entre 1977 et 1982, avant de fonder l’Ecole des Sables, en 1998. La tête rasée, impressionnante mais d’une grande douceur, elle nous accueille, deux heures durant, dans sa maison, très contemporaine, en bas du domaine, plus proche de l’océan.
(...)