Scènes

Huy, c'est donc reparti. Non pas pour un tour de manège bien que la fête foraine, qui établira ensuite ses quartiers à Liège, soit comme de coutume aussi présente que bruyante mais bien pour un marathon théâtral qui promet de belles découvertes.

Trente-huit spectacles pour enfants et adolescents en une semaine - le premier a déjà été annulé - , voilà qui ressemble à un vrai marathon dont le départ, cette année, s'est pris sous la pluie. Et l'ennui. Mais comme les jours, les créations se suivent et ne se ressemblent pas. Le début d'après-midi, à l'heure où la digestion fait son œuvre, fut émoustillé par une première vraie belle surprise, "Truelle destin, une sueur d' espoir" par la compagnie En chantier(s).

Duo improbable sur chantier entre un ouvrier pur et dur, François Berardino, et un immigré extrêmement délicat, Olivier Luppens, du théâtre de rue et pour adultes initialement, adapté ensuite pour la salle et le jeune public, qui brasse sans en avoir l'air, avec humour - parfois limite salace - autodérision et légèreté, plusieurs thématiques importantes, dont celles de l'immigration, des sans abris, de la transmission, voire, si l'on lit entre les lignes, de l'homosexualité. Nerveux, physique, sensible, original, voilà un spectacle dont l'originalité revigore. On vous en reparlera. (Voir aussi notre video) 

Mais voilà que sonne l'heure des discours politiques, des expressions des inquiétudes dont nous avons déjà fait echo sur la libre.be, du verre d l'amitié et de l'inauguration officielle de ces 33emes Rencontres theatre jeune public orchestrées, comme chaque année, par le Service de la Jeunesse de la Province de Liège. 

On se retrouve, on s'embrasse, on se reconnaît malgre les rides et cheveux gris en plus, malgre les absents, tous mus par le même objectif : faire découvrir aux enfants et adolescents l'une des plus belles émotions qui existent , celles que le theatre offre depuis la nuit des temps.