Scènes

Un petit bouquet de fleurs, deux chaises, quelques morceaux de bois, deux hommes et trois fois rien pour un moment suspendu, un de ces instants qui vous réchauffent le coeur et vous réconcilient avec le temps. Ce temps Hyperlaxe dont il est doux de jouir et qui s'étire si on le désire.

Sur scène, et sous le regard de la délicate Sophie Leso, Nicolas Arnould et Axel Stainier, deux complices dont les différences s'effacent et s'unissent pour d'infimes pas de danse. Du théâtre physique porté par de beaux silences et quelques chansons. Quand on a que l'amour...

Ils s'aiment, se regardent, se comprennent et se complètent surtout. Amis? Amants? Qu'importe. L'un est trisomique. L'autre est son complice. Tous deux attentionnés, cent pour cent synchro, ils croisent et décroisent leurs jambes, se couchent puis se relèvent, se battent, sourient ou avancent ensemble, d'un pas parfaitement assorti, Nicolas Arnould portant Axel Stainier sur ses pieds.

Côte à côte, , ils s'imitent et s'entreportent soutenus par des voix off des quetsions, de sréponses. « Non, je n'ai pas peur de la mort ».

Sobre, juste, tendre et joyeux, il n'en faut pas plus pour s'inscrire dans la mémoire des humains. Cela, le grand metteur en scène italien Pippo Delbono, l'un des premiers à travailler avec des personnes handicapées, l'a bien compris. «Il n'est pas question de chercher à créer des images extraordinaires, fantastiques ou géniales! Il s'agit seulement d'être d'une grande exigence envers des gestes aussi simples que sauter ou tourner sur soi. La poésie naît de la justesse et de la précision» écrivait-il dans «Le Corps de l'acteur», une belle ligne de conduite pour la jeune chorégraphe.

«Hyperlaxe» raconte aussi une formidable aventure humaine. Rappelez-vous. «Complicités – aujourd'hui, je suis content d'être ensemble». C'était il y a????. Un projet fou de l'Espace Catastrophe qui visait à réunir sur scène des artistes handicapés avec chacun leur complice.

Sophie Leso participait au projet et y rencontre Axel Stainier, comédien-danseur, porteur de trisomie 21. L'envie de travailler ensemble voit le jour et se concrétise à l'heure où «Complicités» s'achève après trois folles années de tournées à travers le monde.

Ce sera «Hyperlaxe», en référence à cette hyperlaxité, à cette élasticité excessive de certains tissus ou des articulations que l'on remarque fréquemment chez les personnes atteintes du syndrome de Down (ou trisomie 21) et qui engendre aussi une certaine souplesse. Un rêve, en quelque sorte, pour la danse, le cirque, le théâtre physique même si l'objectif recherché n'est pas celui de la performance.