Scènes Quels espaces pour le théâtre de notre temps ? La scénographie en question, projet "Infini" de Decoratelier.

Contourner le fier bâtiment du Théâtre royal flamand, présenter son billet, recevoir un bracelet pour sésame, quitter le grand soleil du jour pour gagner la salle du KVS Bol par le fond de scène, traverser le plateau, gagner le gradin voire les balcons en longeant des maquettes, des fontaines à eau à disposition du public, quelques pièces de mobilier en bois brut. Prendre place. Se tenir prêt, les sens aux aguets.

En septembre dernier étaient révélés au KVS huit premiers volets du projet "Infini", porté par Decoratelier, initiative du scénographe Jozef Wouters en dialogue avec le dramaturge Jeroen Peeters. Pour le Kunsten la création étoffée s’intitule désormais "Infini 1-15". Quinze correspondants, metteurs en scène, artistes sont invités à répondre à cette question : quel espace inventer et montrer au théâtre aujourd’hui ?

Le voyage autant que le paysage

Dans un prologue passionnant, Jozef Wouters explique les racines du projet, avec notamment le scénographe parisien Servandoni qui, engagé par le roi de France à la moitié du XVIIIe siècle, créa des spectacles constitués exclusivement de décors. Ce qu’on retrouvera, en partie, dans l’installation présentée au KVS Bol.

Or le jeune scénographe d’aujourd’hui s’interroge, au-delà de sa discipline, sur le sens et l’histoire du bâtiment où il ancre son projet : forteresse étanche ? Place publique couverte ? Maison ? La salle de théâtre, espace de rassemblement, le fascine depuis longtemps. "Ce désir de pouvoir regarder quelque chose ensemble, au sec, dans le noir et dans le calme, cette construction d’un regard partagé - c’est à cela que je veux me relier dans mon travail." Soucieux aussi du rapport qu’entretiennent le théâtre et la ville, il différencie la scénographie de l’architecture par la négociation et le doute, vite évacués dans le cas de celle-ci, quasiment constants dans le processus de création d’un spectacle.

C’est le chemin, le voyage entrepris autant que le paysage créé qui se révèlent ici. Lumières, toiles peintes, récits, sons, dialogues, images retravaillées, maquette, illusion… La question initiale se creuse et mute au gré de la pratique et de la réflexion des invités : Michiel Soete, Sis Matthé, Anna Rispoli, Chris Keulemans, Arkadi Zaides, Benny Claessens, Jisun Kim, Wim Cuyvers, Jozef Wouters, Thomas Bellinck, Rebekka de Wit, Rimah Jabr, Begüm Erciyas, Michiel Vandevelde, Rodrigo Sobarzo. Autant de tracés et d’instants à travers lesquels prendre la mesure du sens, de l’émotion, de l’imaginaire que soulèvent les éléments, les matières.

--> Bruxelles, KVS Bol, jusqu’au 15 mai, de 13 à 17h, samedi aussi de 19 à 23h. Kunstenfestivaldesarts, jusqu’au 28 mai. Infos & rés. : 02.210.87.37, www.kfda.be