Scènes A Liège, plusieurs formes singulières à côté de noms connus pour la saison 2015-2016.

Durant la saison 2014-2015, le Théâtre de Liège, dirigé par Serge Rangoni, a pu consolider son nouveau public (38 000 spectateurs au total) attiré par le nouveau théâtre au centre-ville et par une programmation riche et variée (300 jours d’occupation). Un des enjeux à venir sera, comme pour tous les autres théâtres, son futur contrat-programme.

Pour équilibrer les coûts du nouveau bâtiment, il demande 500 000 euros de plus par an (2,4 millions aujourd’hui). Réponse fin juin, dans un contexte budgétaire global très difficile, avec la décision de la ministre Milquet pour tous les contrats-programmes.

La saison 2015-2016 du Théâtre de Liège sera à nouveau riche avec des noms qui peuvent attirer le public ("Le malade imaginaire" de Michel Didym, "Les liaisons dangereuses" avec Dominique Blanc, Pippo Delbono, etc.). Avec des créations belges comme "Ubus" d’Axel De Booseré et Maggy Jacot et "Elisabeth II" de Thomas Bernhard monté par Aurore Fattier. On retrouvera aussi le festival "Pays de danse" avec un focus sur l’Argentine et le retour des Israéliens de la compagnie Batsheva. Notons qu’Alain Platel, pour l’occasion, se fera commissaire d’une exposition au Théâtre consacrée à l’art brut du musée MAD.

On pointera aussi quatre propositions plus singulières.

Tout sur Marie

D’abord, celle de l’écrivain Jean-Philippe Toussaint qui porte à la scène sa quadrilogie sur Marie ("Faire l’amour", "Fuir", "La Vérité sur Marie", "Nue"). Ce sera une forme hybride. Il y montrera plusieurs des belles vidéos qu’il a faites sur ses romans (celle sur le cheval Zahir, celle sur la fuite en moto, celle sur la robe de miel dans "Nue" qu’on peut voir pour l’instant à Bozar, etc.), accompagnées de lectures d’extraits des romans, lus par lui sur scène et avec la musique live du groupe de trois musiciens "post-folk-rock" The Delano Orchestra.

Il tirera un fil, une narration, au travers de ses quatre livres centrés sur Marie et ses ruptures successives avec le narrateur. Une forme neuve, expérimentale, différente des films qu’il avait réalisés sur ses premiers romans.

Le Collectif mensuel innovera aussi avec "Blockbuster" sur un texte de Nicolas Ancion. Le spectacle raconte une insurrection générale qui va réussir et qui se termine par un black out général. On verra tout au long un "mashup", un film reconstitué à partir de fragments de 145 films. Un spectacle avec de l’humour, des bruitages et des voix off.

A vous de choisir

Les Bruxellois de Transquinquennal innovent aussi avec "A vous de choisir". Ils proposent (c’est déjà lancé sur le site du Théâtre de Liège) aux spectateurs potentiels de choisir la pièce de leur choix entre sept propositions très diverses (d’"Amphitryon" de Michèle Fabien à "Volpone" de Stefan Zweig). Tout un travail de conscientisation et débats se déroule avec le public amené à choisir. Le 16 novembre, on dévoilera la pièce gagnante du public à charge pour Transquinquennal de la monter ensuite en deux mois, avec des répétitions, et des constructions de décors et de costumes ouverts au public !

Enfin, la talentueuse Anne-Cécile Vandalem créera à Liège "Tristesses" (le spectacle ira ensuite au National), d’ores et déjà certain de participer au Festival d’Avignon 2016. Un spectacle sous-titré "En découdre avec ce qui nous désespère quotidiennement dans ce monde-ci". Un théâtre musical avec dix acteurs et, surtout un fort message politique qui raconte l’arrivée au pouvoir dans un pays du Nord d’un parti d’extrême droite. Mais dans le village natal du leader, sur l’île, les drames s’accumulent sous le regard des adolescents.


Infos : www.theatredeliege.be