Scènes

En tournée européenne, la pièce de Michael De Cock arrive ce vendredi à Bruxelles. Joué dans un semi-remorque aménagé, parqué derrière le KVS. « Kamyon » raconte la vie d’une petite fille qui doit fuir son pays en guerre, enfermée avec sa mère (qu’on ne voit pas) dans un camion trouvé par un passeur. La fille parle à la quarantaine de spectateurs, assis tout près d’elle, sur les gradins montés dans la remorque.

Kamyon met des mots et un visage sur ces milliers de réfugiés cachés dans des camions comme ce semi-remorque ou dans des radeaux de fortune et qui ont dû tout quitter pour sauver leur peau.

La version française est interprétée par l'excellente comédienne Jessica Fanhan, que nous avons rencontrée pour évoquer un spectacle destiné aussi aux écoles et aux enfants dès 8 ans.

« C’est un monologue écrit par Michael De Cock, le nouveau directeur du KVS, avec pour sous-titre Deux petits bagages et dix millions de rêves. Il a été créé en 2015 en néerlandais et tourne depuis dans plusieurs langues, chaque fois joué par une autre actrice : en hongrois, italien, anglais, turc, néerlandais (ces trois dernières langues jouées aussi à Bruxelles par Deniz Polatoglu. J’ai déjà joué la version française à Limoges, Marseille, Nantes et bientôt à Paris et Saint-Etienne. »

Le passeur Moustache

« La petite fille raconte son quotidien de guerre, sa tristesse d’avoir dû laisser son doudou et toutes ses peluches sauf une car le passeur, qu’elle appelle Moustache, exigeait un minimum de bagages, la nécessité d’apprendre à faire pipi dans le camion sans bruit. Le texte est aussi poétique. La fille s’imagine dans un vaisseau spatial et qu’elle va vers les étoiles. Elle se raconte des histoires pour rester debout. Il y a ce côté des enfants de pouvoir s’adapter à tout. »

Pendant près d’une heure, Jessica Fanhan est seule en scène, tout près des spectateurs avec seulement un musicien. « Kamyon rend un visage et une voix à ces réfugiés, raconte ce qui fait d’eux des êtres humains avec les petites et les grandes choses. »

Créé en mai 2015, quand la version française fut créée à Limoges en octobre, le monde était sous le choc du petit Aylan mort sur une plage turque. « Cela a créé autour du spectacle une émotion intense. Les spectateurs sont devant quelqu'un, une réfugiée, mais qui leur ressemble. Souvent, je reste après, discuter avec les gens, très émus. »

Parfois des enfants sont parmi les spectateurs : « C’est une première pour moi de jouer devant des enfants, une formidable école car ils ne trichent pas, il faut les captiver. »

De la Guadeloupe à Huy

Jessica Fanhan, 28 ans, est un espoir du théâtre belge. Née Française, en Guadeloupe, elle déménage tout bébé à Huy, « à l’ombre de la centrale nucléaire », devient belge et sa famille grandit jusqu’à avoir huit enfants. « Ma plus jeune sœur a dix ans, comme la fille du spectacle. »

© Danny Willems

Sortie de l’Insas, la jeune actrice se fait remarquer dans "Elle(s)" de Sylvie Landuyt pour lequel elle reçut le prix de la critique 2014 du meilleur espoir féminin. Et ce spectacle fut sélectionné en 2015 par les Doms à Avignon. En octobre, elle rayonnait dans "Malcolm X", le spectacle coup-de-poing au KVS. La saison prochaine, elle jouera "J’accuse" d’Isabelle Jonniaux pour le Rideau. 

"C’est merveilleux de pouvoir jouer dans des théâtres néerlandophones et francophones. C’est par la culture qu’on apprendra à parler plusieurs langues."

Elle vit encore le quotidien difficile des jeunes acteurs en attente du statut d’artiste. Elle doit régulièrement se présenter à l’Onem qui, paradoxalement, lui suggérait de changer de métier au moment même où elle recevait son prix de la critique et était choisie pour Avignon !


Kamyon est à Bruxelles à partir de ce vendredi 9 décembre, derrière le KVS à 18h, joué en français jusqu’au 16 décembre. Ensuite dans plusieurs quartiers bruxellois et diverses langues (néerlandais, arabe, turc et anglais) jusque fin mars. Infos & rés.: 02.210.11.12, www.kvs.be