Scènes

Des femmes qui positionnent des femmes. Des femmes qui manipulent des femmes. Des femmes qui dominent des femmes. Des femmes qui portent des femmes. Voilà qui est bien assez rare au cirque pour être signalé. Et qui créera l’événement à Wolubilis, le 22 mars prochain, dans le cadre du festival Up!

© Ian Grandjean

Comment ne pas souligner, en cette journée internationale des droits des femmes, cet incroyable «Projet PDF» de la compagnie française Cartons Productions qui se demandera si l’acrobatie a un sexe. Vaste question. Largement posée dans ce «Portés de femmes» qui rassemble 17 acrobates dans une création féminine et collective. Pour y arriver, ces dames ont dû explorer autrement leurs forces et faiblesses, découvrir autant de façons de porter selon les morphologies. Un spectacle qu’on annonce politique, acrobatique, idéaliste et ludique. Nous y reviendrons.


Tout Bruxelles au rythme du cirque

Mais avant tout, pleins feux sur le festival Up ! qui va faire vibrer Bruxelles au rythme du cirque.

Up!, un cri qui résonne comme la nature qui se réveille.

Finie la léthargie de l’hiver. Tous en piste pour un festival de cirque qui s’apprête à envahir Bruxelles. Belle, ou pas, celle-ci sera, trois semaines durant, capitale du cirque contemporain grâce à la conjugaison de trois événements. Du 12 au 25 mars, le festival Up!, biennale internationale de cirque organisée par l'Espace Catastrophe, propose 30 spectacles dans 13 lieux différents dont, pour la première fois, le National et la Raffinerie de Charleroi danse. Symboliquement, le cirque entre dans la cour des grands. Une manière supplémentaire de se débarrasser de l’étiquette qui lui colle toujours au chapeau. Comme le révèle la série de micro-trottoirs réalisés pour le festival, le cirque reste trop souvent associé aux écuyères en bas résille et autres lions rugissants. Loin de ces clichés, le cirque contemporain brasse tous les arts de la scène, de la danse au théâtre en passant par le chant, les acrobaties, jongleries, main-à-main ou numéros de trapèze revus. Pour, souvent, raconter une histoire, une rencontre, s’interroger sur le monde qui nous entoure, notre rapport au temps, à l’espace, à l’amour ou à l’autre.


Du cirque à tous les étages

Au menu, une kyrielle de créations belges qui semblent toutes sortir de terre en même temps. Et déjà des rumeurs qui grandissent autour, par exemple, du Théâtre d’un jour, et de sa nouvelle création, «Strach – A fear song», ovationné debout à l’étranger. Patrick Masset y explore la peur et notre confiance en l’autre avec deux porteurs, une voltigeuse et une chanteuse lyrique.

Autre point fort en perspective, «Burning» de l’Habeas corpus, qui s’empare d’un sujet d’une brûlante actualité, le burn-out, avec Laurence Vielle. Un travail sur les dégâts, travers et ravages d'un travail qui devrait nous construire, nous élever, nous grandir.

Le National, lui, accueille «Persona» du Naga collectif . Un spectacle qui questionne l'image. La nôtre. Celle qu'on dévoile. Celle qu'on voudrait changer. Les gestes à poser pour y arriver. Comment trouver sa place dans le groupe? Car c'est tout cela que raconte le cirque aussi.

Cela ou encore, bien sûr, le rapport au corps.

© Bernard Boccara

En toute « Innocence »

Petit moment de grâce attendu aussi avec l'«Innocence» de la Scie du Bourgeon, ce couple à la ville comme à la piste, des jeunes parents qui, dans le miroir, questionnent le vieillissement du corps. Elle le craint. Il la tempère. Tandis qu'elle joue du violoncelle, il la porte, la supporte en une symphonie chorégraphiée en six mouvements de main-à-main et d'acroportés.

  • Plus d’infos sur upfestival.be


© Luis Sartori do Vale


Tordre le cirque

En même temps que le festival se tiendra également Fresh Circus, événement phare du réseau Circostrada, qui travaille au développement des secteurs du cirque et des arts de la rue dans le monde entier. Ce «pow-wow» tordra le cirque en tous sens pour mieux le comprendre, le porter, l’interroger, le promouvoir. Avec un thème précis et large à la fois: « Comment renouveler notre rapport aux stéréotypes, tout en provoquant une réflexion sur les défis et les perspectives du cirque d’auteur d’aujourd’hui? ».

Habituellement organisé à Paris, il aura lieu pour la première fois à Bruxelles et drainera des spécialistes du monde entier ainsi que des journalistes des grands médias. Un parcours professionnel, entre conférences, forcément de haut vol, intermèdes circassiens et dégustations belgo-belges aux comptoirs des différents foodtrucks réquisitionnés pour l’occasion. L’image du cirque y sera dépoussiérée, la théorie se mêlera à la pratique grâce à la vision de plusieurs spectacles.

L’année du cirque à Bruxelles

Et pour couronner le tout débutera en même temps le focusCIRCUS.brussels qui célébrera, toute l’année durant, le cirque à Bruxelles avec quelques moments phares: les festival Up!, Hoplà et Hors Pistes, l’inauguration officielle des nouveaux bâtiments de l’Esac (École supérieure des arts du cirque) au Ceria à Anderlecht ou la promotion des certains spectacles en Italie, en tant qu’ambassadeurs de la vitalité du secteur et de la capitale. Alors, tous en piste !