Scènes Au Klarafestival, Florian Boesch chante le romantisme allemand à la mode tyrolienne. Coup de cœur.

Au-delà de la "Psalms Experience", on pourra bientôt parler de la "Klara Experience" tant, cette année, le festival aura multiplié les approches alternatives et "réveillantes" de ce bon vieux répertoire classique occidental. Dimanche après-midi, au Bozar, c’était au tour du baryton Florian Boesch et de la Musicbanda Franui de rappeler le caractère proche et universel d’un genre réputé hermétique et feutré : le lied, enfant du romantisme allemand, c’est-à-dire poétique, sylvestre et populaire.

(...)