L’Atelier Théâtre Jean Vilar, "prêt à vous éblouir"

Philip Tirard Publié le - Mis à jour le

Scènes

Dans son bureau perchoir situé sous les combles de l’ancienne ferme de Blocry, centre névralgique et historique de l’Atelier théâtral de Louvain-la-Neuve, rebaptisé depuis lors Atelier Théâtre Jean Vilar, Cécile Van Snick passe en revue "sa" programmation pour la saison 2011-2012 - et pour le prochain Festival de Spa (lire ci-dessous).

"Nous nous sommes mis un certain nombre de défis", explique-t-elle. Fort d’un taux d’occupation de 90 % au cours de cette saison, le tandem de direction qu’elle forme désormais avec Armand Delcampe a décidé de mettre 10 000 places supplémentaires en vente. Autre challenge : équilibrer l’affiche entre grands classiques du répertoire, contemporain pointu, auteurs belges, spectacles familiaux, en déclinant des thématiques individuelles (le couple, la sphère du "privé") et collectives (la politique, le pouvoir).

Parmi les vingt-deux spectacles annoncés, sept sont des créations, dont deux mondiales, entièrement assumées par l’Atelier Théâtre Jean Vilar : point de coproductions ici. Six sur les sept relèvent du répertoire contemporain, dont quatre pièces écrites après 2005

On se souviendra du succès naguère de "Silence en coulisses !" et, plus près de nous, de "Copenhague", cette dernière brillamment mise en scène par Jean-Claude Idée. L’ATJV lui a donc confié la réalisation du nouvel opus de Michael Frayn, "Démocratie".

L’auteur raconte la chute du chancelier allemand Willy Brandt (1913-1992), artisan de la détente envers l’Est et prix Nobel de la paix en 1971, qui dut démissionner en mai 1974 à la suite de la découverte d’un espion de la Stasi dans son proche entourage. Comme "Copenhague", il s’agit d’une pièce sur la complexité, non plus dans le domaine scientifique, mais sur le terrain de la politique et de ses manipulations.

Armand Delcampe mettra en scène "Les Femmes savantes" de Molière, avec pas moins de douze artistes sur le plateau (dont Marie-Line Lefebvre, Cécile Van Snick, Nathalie Willame, Patrick Brüll, Alain Eloy, Freddy Sicx et Pierre Poucet). Il y voit, entre autres, "une violente défense de la sincérité et de l’honnêteté", d’une absolue modernité.

Dans les accueils français en exclusivité, on pointera "Une Flûte enchantée" librement adaptée de Mozart par Peter Brook, le spectacle "Boris Vian" de Jérôme Savary, ou le "Britannicus" de Racine vu par Tatiana Stepantchenko.

Philip Tirard

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Avec Roland Mahauden s'éteint une figure centrale et solaire du théâtre belge

    Longtemps directeur du Poche, à Bruxelles, il était homme de découvertes, d'engagements forts. Olivier Blin, qui collabora avec Roland Mahauden dès les années 90, pilote depuis 2016 le théâtre sis dans le bois de la Cambre. Il rend hommage à celui ...

  2. 2
    Roland Mahauden, homme de théâtre et au-delà

    Le Poche pleure un ancien directeur toujours engagé, dont la disparition laisse un grand vide et une foule de traces, de Bruxelles à Kinshasa.

  3. 3
    Alexis Michalik: "Plus ça marche et plus je reçois des récompenses, plus ça me détend"

    Le comédien, auteur et metteur en scène français est à Bruxelles avec trois pièces. Trois immenses succès. Un thé fumant dans un gobelet en carton entre les mains, Alexis Michalik, sourire bienveillant, se prête tout en décontraction à ...

  4. 4
    L’enfant et ses droits, au coeur de la danse

    Boris Charmatz, 45 ans, danseur, chorégraphe, artiste associé au Festival d’Avignon 2011, qui dansa en 2012 un magnifique duo, « Partita 2 » avec Anne Teresa De Keersmaeker, créateur d’un musée de la danse à Rennes, est désormais le 3e artiste que ...

  5. 5
    José Besprosvany : "La liberté, parfois, coûte cher"

    " Ne faites pas trop attention au bazar. On se croirait un peu dans une brocante", nous guide sur la scène du Théâtre royal du Parc le chorégraphe José Besprosvany, lunettes de vue posées sur le bout du nez. À quelques jours de la première ...

cover-ci

Cover-PM