Scènes

Les Rencontres théâtre jeune public, qui débutent à Huy ce jeudi 17 août, occasionnent souvent de nombreux débats au sein d'un secteur sous financé. Ce moment phare est en effet déterminant pour l'avenir des compagnies de théâtre pour l'enfance et la jeunesse. Non seulement, certaines d'entre elles ne sont pas admises d'office à Huy et doivent donc passer l'épreuve de la sélection. Mais en outre, l'avenir de leur nouvelle création dépendra de l'accueil reçu aux Rencontres par les programmateurs belges et étrangers.

A ces difficultés s'ajoute l'inquiétude liée à la situation politique actuelle. «Nous craignons que les décisions par rapport aux contrats-programmes ne puissent pas être prises en octobre comme prévu » nous dit Virginie Devaster, directrice de la CTEJ (Chambre des théâtres pour l'enfance et la jeunesse). Celle-ci précise que l’année 2016 a été « extrêmement intense d’un point de vue politique puisque le Théâtre jeune public, qui relevait jusque-là d’un décret spécifique, a intégré le décret des arts de la scène révisé et se voit désormais reconnu comme un théâtre de création à part entière émancipé de tout aspect pédagogique, mais tout en conservant ses spécificités tant du point de vue de la création, de la diffusion que de la médiation».

La ministre Alda Greoli se veut rassurante

...