Scènes Cofondateur du Poche et pilier du Théâtre de Quat’Sous, le comédien et metteur en scène s’est éteint, à 87 ans.

Une vocation précoce, sinon héréditaire, précipite un petit garçon de quatre ans et demi, fils d’acteur, sur les planches. Enfant-comédien, Roland Ravez participe à de nombreux spectacles et tournées. Vers l’âge de 11 ans (ou 9, selon les sources qui divergent), il incarne Tintin dans "M. Boullock a disparu - Les Nouvelles Aventures de Tintin et Milou", à l’affiche des Matinées enfantines du Théâtre royal des Galeries.

© D.R.

Roland Ravez s’est éteint le 30 juin, dans sa 88e année, après "une vie entière consacrée au théâtre", annonce son collaborateur et ami Jacques Hofman, ancien administrateur du Théâtre de Quat’Sous. Sis d’abord à la Grand-Place, puis longtemps nomade avant de trouver des murs rue de la Violette, à Bruxelles, ce théâtre miniature mais largement populaire aura attisé - entre sa création en 1959 et sa fermeture, pour cessation de subvention, en 2007 - la curiosité du public envers des auteurs divers, dont Ionesco ou Michel Tournier.

Encore adolescent, Roland Ravez avait écrit, mis en scène et joué au Théâtre de l’Alhambra "La Grande Revue des Jeunes", qui lui valut le Prix de la chanson au micro, en 1949. L’expérience de la radio lors de son service militaire lui ouvre par la suite les portes de l’INR, ancêtre de la RTBF, où il participera à Radio Jeunesse et aux premières émissions dramatiques produites pour la télévision.

Bien avant le TQS, au tout début des années 50, Roland Ravez avait fondé, avec Roger Domani, le Théâtre de Poche, aventure d’avant-garde et terrain de découvertes multiples dans le paysage théâtral de l’après-guerre.

Les dernières prestations scéniques de Roland Ravez furent consacrées à l’intimiste et vibrant hommage "Barbara, ma plus belle histoire d’amour, c’est vous !" (conçu avec François Bogaert). Le comédien et metteur en scène consacra ses dix dernières années à l’écriture et à l’adaptation, ainsi qu’à ses mémoires intitulées "Une vie à mille temps".