Scènes Pour sa nouvelle chorégraphie à découvrir au 140, Bud Blumenthal questionne "l’humain, l’amour, l’avenir". Avant-propos

"Leaves of Grass", nouvelle création du chorégraphe Bud Blumenthal, constitue la seconde partie d’un diptyque ouvert avec "Perfectiøn". Ce solo était "un saut dans le futur, avec vidéo immersive, caméra 3D transformant le mouvement en musique, avec même des photons, des particules de lumière, isolés et projetés". Bref, une aventure poussant loin les limites du corps et de la technologie.

Le chorégraphe et danseur a voulu, avec la même équipe, créer une pièce de groupe - comme du reste le préconisait la convention à laquelle est soumise sa Cie Hybrid -, en continuant d’explorer le lien de la danse avec la technologie, et en y incluant la nature.

Le peuple de l’herbe

"J’en suis à un moment de ma vie où je sens que je dois produire autre chose que simplement du beau, de l’agréable", confie Bud Blumenthal. Ainsi les plantes que l’on verra sur scène (véritables, prêtées par le Jardin botanique de Meise - coproducteur du projet) ne sont-elles pas seulement un décor, ni vraiment des personnages, "mais une population qui fait partie de la pièce : des acteurs en quelque sorte". Du vivant en tout cas, ce qu’on oublie trop souvent, souligne le chorégraphe. "Je voudrais que le public voie les plantes et les humains sur un pied d’égalité. Pour moi, il y a une complicité, une contamination de l’être humain par le végétal. Qui de toute façon sont inséparables."