Scènes

La ministre de la Culture était prête avec l’immense dossier des contrats-programmes, mais elle a un avis négatif.

Coup de théâtre ou péripétie vite oubliée? On devrait le savoir ce mercredi matin après la réunion organisée promptement entre les chefs de cabinets des ministres du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ils doivent étudier l’impact de l’avis de l’Inspection des Finances (IF) sur l’énorme dossier des contrats-programmes (CP) dans les arts de la scène que la ministre de la Culture, Alda Greoli (CDH) a réussi à finaliser dans les temps. Ce mardi, tout était prêt quand l’IF a expliqué que le dossier devait passer au gouvernement et qu’elle ne pouvait pas décider seule. Alda Greoli se basait pourtant sur une jurisprudence disant que pour les CP, la ministre peut décider seule.

Rétroactes: ce dossier gigogne avait été lancé déjà par les ministres Fadila Laanan et Joëlle Milquet mais n’était jamais arrivé à son terme. L’idée est de mettre à plat tout le financement pluriannuel des arts de la scène (théâtre, danse, cirque, arts de la rue, jeune public, musiques classique et non classique, etc.). Tous les CP des opérateurs (institutions, compagnies, orchestres, etc.), les subsides sur plusieurs années, démarreraient en même temps, le 1er janvier, afin d’objectiver les subsides sur base entre autre des différentes commissions d’avis.

Depuis des années, on attend l’issue de ce dossier. Les commissions d’avis se sont réunies plusieurs fois et en attendant, on a dû multiplier les simples avenants aux CP existants.

295 demandes

Mais cette fois, juré-craché, Alda Greoli allait prendre les décisions en novembre, décisions difficiles. Il y a 295 demandes de CP déposées. Le budget annuel actuel des CP est de 83 millions et les demandes étaient de près de 125 millions ! Il y aura donc des heureux et des entrants mais aussi des dépités et des exclus. Alda Greoli a pu obtenir un budget supplémentaire bienvenu de dix millions d’euros mais ça reste très difficile.

Certes, les CP ne sont pas encore rédigés mais mardi tous les montants étaient prêts à être envoyés aux demandeurs. L’Inspection des Finances estime que budgétairement le dossier tient la route mais il émet des réserves dont une principale: les subsides culturels de plus de 250000 euros doivent passer au gouvernement, or dans les CP, certains subsides annuels dépassent 250000 euros, donc tout le dossier doit passer au gouvernement.

Tout sera maintenant une question de rapport de force avec le PS. André Flahaut (PS), ministre du Budget, va-t-il soutenir Alda Greoli et passer outre à l’avis de l’IF, ou va-t-on vers un report avec éventuel détricottage d’un dossier qui a demandé à Alda Greoli un long travail préparatoire et qui suit un fil précis, basé entre autres sur les commissions d’avis? Seule certitude: si rien n’est fait le 31 décembre, tout ce secteur culturel sera dans le « vide ».