Scènes

Ouverte en 2009 en vue de fédérer les forces vives du milieu, la Maison du cirque connaît aujourd’hui de sérieuses difficultés financières, en raison, manifestement, d’un manque de subventions mais aussi de certaines erreurs de gestion, les ambitions de l’ancienne direction ayant parfois dépassé les moyens du bord. Créée, historiquement, sur les fondations, bancales, de l’asbl Banquine, subsidiée par la Cocof et par la Région bruxelloise, la Maison du cirque avait pour mission de rassembler toute la filière d’un secteur en pleine explosion. Le paysage du cirque contemporain s’est en effet complètement transformé au cours de ces cinq dernières années et on ne compte plus le nombre de compagnies et de créations qui ont vu le jour depuis. Cet ambitieux projet, qui concerne toute la Fédération Wallonie-Bruxelles, et même l’étranger, a toutefois été cadenassé à cause d’un manque de subventions autres que celles de la Région bruxelloise et de la Cocof. En effet, la Fédération Wallonie-Bruxelles n’intervient toujours pas de manière structurelle pour soutenir cette asbl. Il existe cependant quelques aides ponctuelles telles que l’opération "Temps de cirque en France" qui a connu un vif succès, a été soutenue par Wallonie Bruxelles International et a permis la présence de compagnies belges telles que Carré Curieux ou L’Espace Catastrophe avec Complicités respectivements aux festivals d’Avignon et de Circa, à Auch.

L’ancien directeur, Benoît Van Oost, vient de démissionner laissant le poste vacant. Le conseil d’administration est, quant à lui, présidé par Philippe Grombeer, l’ancien directeur du Théâtre des Doms à Avignon. Le secteur, l’assemblée générale et le conseil d’administration souhaitent certes sauver l’outil qui a montré son caractère indispensable, mais vu ses problèmes financiers, la Maison du cirque, qui compte parmi ses nombreux membres L’Espace Catastrophe, L’Ecole du cirque de Bruxelles, Latitude 50 ou encore l’Esac (Ecole supérieure des arts du cirque) pourrait bien devoir se résoudre à mettre la clé sous le paillasson. A moins que, comme si souvent, dans cet art-là, le miracle n’opère et que la soirée de soutien organisée le premier décembre aux Halles récolte suffisamment de fonds pour sortir la tête de l’eau. Car comme le déclare Raymond Peyramaure, artiste, metteur en scène et directeur de la Cie Les Oiseaux Fous, "Un artiste de cirque ne doute de rien, sinon il ne marcherait pas sur un fil. Il sait que c’est impossible." Pleine d’énergie, malgré les difficultés auxquelles elle est actuellement confrontée, la Maison du Cirque relève donc les manches en attendant le public nombreux aux Halles. Au programme de cette soirée de soutien, "Ha ha Ha" d’Okidok, qui revient à Bruxelles après une tournée dans le monde entier ainsi que les acrobates, monocyclistes et autres jongleurs de la Compagnie Carré Curieux, Cirque Vivant et d’autres surprises encore.

Bruxelles, le 1/12 à 20h30 aux Halles de Schaerbeek. Infos : www.halles.be ou 02.678.09.90.