Scènes La voix un peu éraillée –  “je suis fatiguée car je n’ai pas beaucoup dormi cette nuit... Je travaille avec beaucoup de sérieux; donc, tant que mon texte n’est pas fini, je ne vais pas dormir” –, la jeune humoriste liégeoise Manon Lepomme sort, ce matin-là, tout droit des studios de la Première où elle a livré son quatrième “Café serré”. “J’avais Benoît Lutgen (NdlR : président du CDH) face à moi et du coup, je l’ai un peu chambré”, sourit-elle.

(...)