Scènes

Inusable ressort dramaturgique, l’amour-haine de la famille - avec ses codes, ses lourds héritages, ses rancœurs recuites - bouillonne dans cette "pièce de jeunesse" de Vincent Lécuyer. "Petite Âme" date de 2001, époque où le jeune comédien français sort du Conservatoire royal de Bruxelles - après avoir étudié les lettres modernes et le théâtre à Nantes. Petite Âme, c’est aussi le nom donné à la compagnie qu’il fonde, en 2003, avec Gwen Berrou et Cloé Xhauflaire.

Rien cependant ne date l’intrigue. C’est jour de noce chez les Saltmann : Erick épouse Eunisa. Or la liesse - si elle a jamais existé - semble bien évaporée. Lorsqu’ils étaient enfants, Eunisa a fait mine de noyer Erick dans la rivière. Une plaisanterie qui a failli mal tourner : il en a gardé l’esprit vague. Et tandis qu’elle, aujourd’hui, se repasse in petto le film de la cérémonie où elle a dit oui en pensant "non, bien sûr que non", lui met tous ses efforts dans la gaîté de rigueur, dansant obstinément malgré les chaussures trop étroites héritées de son père - mort en lui sauvant la vie.

Clefs confisquées

Gwen Berrou et Clément Thirion campent ici la quintessence du couple impossible, chacun à sa façon à la fois égaré et emprisonné dans un schéma dont les clefs ont été confisquées par d’autres : patriarche aviné et péremptoire (Yves Claessens), mère martyre dont le chagrin s’est mué en poison contre tous (Brigitte Dedry), mère-colère (Véronique Dumont) ou cousine s’efforçant d’arrondir les angles (Christel Pedrinelli).

Entre ce propos fort et cette solide distribution, "Petite Âme" ne manque que du peu de distance qu’aurait insufflé un regard extérieur dans le bloc parfois trop univoque que forment texte et jeu.

Créé en avril au Festival Emulation, le spectacle en est sorti avec une mention spéciale et la perspective d’être traduit en italien et en polonais. Belle reconnaissance pour l’écriture ciselée de Vincent Lécuyer, qui fait surgir reliefs et surprises de ce chaudron cruel où pétille un humour désabusé.

Bruxelles, Atelier 210, jusqu’au 9 mai, à 20h30. Durée : 1h45 env. De 10 à 18 €. Infos & rés. : 02.732.25.98, www.atelier210.be