Scènes Seul en scène Dans "Presque seul", Fred Testot passe son métier à la moulinette. Entretien.

Un croissant dans une main, un expresso dans l’autre, Fred Testot prend son petit-déjeuner entre deux interviews. Sur le pont dès l’aurore, il est de passage à Bruxelles pour parler de son premier one-man-show, "Presque seul", qu’il jouera au Théâtre 140 le 24 mars. Un spectacle dont l’envie a grandi et mûri tandis qu’il donnait la réplique, voici deux ans, à Eddy Mitchell, dans "Un singe en hiver".

Pour autant, la moitié d’Omar Sy, qui a fait les belles heures de Canal + dans le "SAV" - Service après-vente des émissions - jure qu’elle ne s’est jamais sentie frustrée lorsqu’elle partageait son bureau des réclamations. "J’ai toujours adoré travailler en équipe, confie le comédien. "Un seul en scène, je n’aurais jamais osé le faire, avant. Je ne m’étais même pas posé la question. Les gens qui montent seuls sur scène, je trouvais ça incroyable, plutôt courageux. Mais je me suis rendu compte, en le faisant, qu’on n’est pas du tout seul, qu’il y a un partage avec les gens. Etre debout, là, et raconter une histoire à tout le monde en attirant l’attention, c’est ce que j’ai toujours fait, depuis que j’ai cinq ans. J’ai toujours été comme ça, j’ai toujours parlé en public, fait le fanfaron. Certaines personnes font ce métier mais sont très timides quand la caméra s’arrête. Moi, j’ai toujours été très extraverti, très sociable, très bien dans ma tête. Redémarrer à zéro une nouvelle expérience, ça me plaisait parce que j’avais l’impression de ne pas avoir exploré toute une partie de l’humour ou de l’autodérision. D’être resté dans un environnement. Le théâtre a vraiment été un déclic. En fait, j’avais un besoin de m’exprimer en dehors du bureau des téléphones."

Ce sont des personnages qui n’ont rien à voir les uns avec les autres qui se rencontrent et qui se croisent dans votre spectacle ?

Le fil rouge, c’est moi et mon régisseur, que l’on ne voit pas, en coulisses. Il est perturbé par des problèmes personnels, je l’entends au téléphone, ça me dérange et je suis obligé de m’arrêter. Lui veut sauver son couple et moi, je veux sauver mon spectacle. Ce qui m’amène à parler de moi… Ensuite, j’interprète des personnages au fil de mes rencontres. Je tente d’expliquer que je suis quelqu’un de normal, comme tout le monde.