Scènes Le succès de "La Trêve" a dopé la carrière de cet acteur talentueux. On le retrouve en ce début d’année au théâtre, dans "Bug", et au cinéma, dans "Une part d’ombre". En attendant de le revoir au petit écran dans le rôle de l’inspecteur Yoann Peeters.

On vous retrouve cette année au théâtre, au cinéma et dans la deuxième saison de "La Trêve", qui sera diffusée l’automne prochain. Est-ce que votre travail de comédien diffère d’une discipline à l’autre ?

Ce sont des plaisirs très différents. Avec "La Trêve", j’ai eu la chance, rare en Belgique, de pouvoir jouer un personnage récurrent, puisqu’il apparaît dans tous les épisodes, mais qui évolue aussi. Cela offre une possibilité de développement hors norme. C’est un investissement différent de ce que j’ai pu faire auparavant. Mais c’est passionnant. Au théâtre, on vit plus l’alternance des univers, de pièce en pièce. Cette année, je vais par exemple enchaîner "Bug" de Tracy Letts, au Varia (lire ci-contre), avec une reprise de "La Musica deuxième" de Marguerite Duras [aux Doms, à Avignon, durant un mois, en juillet prochain, NdlR]. D’un côté une pièce contemporaine sur la paranoïa par un auteur américain, de l’autre l’exploration de la séparation d’un couple par une figure des lettres françaises. Au théâtre, il y aussi l’intensité de la représentation. J’adore jouer devant un public. C’est un rapport particulier. J’aime le travail sur le rythme du texte. J’aime emmener le spectateur d’un endroit à un autre. Sur scène, le comédien maîtrise plus la dramaturgie, alors qu’au cinéma ou dans une série, elle dépend du réalisateur, du montage. [...]