Scènes La musique de Stravinski sera donc la première chorégraphe du spectacle, affichant sa violence historique comme le contre-pouvoir de la violence invisible "inhérente au statu quo" lésant toujours les plus faibles.