Scènes

Bruxelles accueille pour l'heure deux grands festivals internationaux de théâtre pour enfants, "Météores" et "Paroles au solstice". Annulations en cascade.

Touché également par le niveau maximum de l'alerte terroriste, le théâtre jeunes publics a lui aussi dû fermer ses rideaux et ce, en une période particulièrement chargée puisque trois festivals internationaux se déroulent pour l'instant, deux à Bruxelles - "Paroles au solstice" à La montagne magique et "Météores" à Pierre de lune - et un à Namur, "Turbulences" qui, jusqu'à nouvel ordre, se poursuit normalement (voir ci-contre)

Dans le cadre de Météores, trois spectacles ont été annulés ce week-end "Bounce!" de la cie française Arcosm , "Alibi"de l'Evni et "Pop-up"du très réputé Teatro delle Briciole qui devaient se jouer au Varia et au Marni, samedi. Ce lundi, aucune représentation n'est prévue mais les compagnies sont déjà en montage. "Si la menace tombe à 3, nous jouons demain. Trois spectacles sont prévus : "Tripula"des Espagnols Farrés Brothers i cia , "Birdy" de Alakshak et "Ressacs" de la Cie Gare Centrale." nous dit Jacques Thomaes, directeur de Pierre de lune.

Le théâtre de La montagne magique est également contraint de fermer ses portes à l'heure où, ironie du sort, se tient son traditionnel festival international "Paroles au solstice". Toutes les représentations du week-end ont été annulées, les ateliers sont reportés à plus tard. Le théâtre pour enfants de la Ville de Bruxelles a dû annuler des spectacles français tels "Goupil" par les Compagnons de Pierre Ménard dont cinq représentations étaient prévues ces lundi et mardi, en scolaire et en tout public. Il reste un grand point d'interrogation pour la première d' "Edgar Paillettes", une importante coproduction franco-belgo-québécoise qui réunit La manivelle, une compagnie du Nord de la France, L'arrière-scène à Montréal, La montagne magique et la Cie des Renards en Belgique prévue le 25 novembre.

"Il était important que la Ville de Bruxelles prenne une décision pour tous les théâtres mais on ne peut pas devenir parano, non plus. Il faut continuer à se réunir. Surtout dans le cadre d'un festival comme "Paroles au solstice". Le soir des attentats à Paris, le franco-marocain Mohamed El Khatib jouait "Finir en beauté", un spectacle très fort sur le décès de sa mère, événement à la fois banal et universel, au cours duquel il raconte comment il a pu concilier ses deux cultures. A l'issue de la représentation, l'actualité nous rattrapait violemment. Il est vital de continuer à se réunir autour de moments symboliques et poétiques" déclare Cali Kroonen, directrice du Théâtre pour enfants de la Ville de Bruxelles. (L.B) Plus d'infos: www.theatremontagnemagique.be et www.pierredelune.be