Scènes

Depuis que le ministre Ducarme a lancé l'appel à candidatures pour la direction du théâtre, les choses s'accélèrent.

1 Les experts. Le gouvernement de la Communauté a entendu hier Daniel Ducarme pour la première fois sur le dossier du National. Il désignera tout prochainement ses trois experts qui participeront au jury qui étudiera les candidatures. Si PS et Ecolo doivent encore étudier le dossier, M. Ducarme a déjà fait son choix: Pascal Vrebos sera son expert. Le journaliste de RTL-TVI et auteur de théâtre (lire ci-dessous) nous a dit avoir accepté pour qu'il y ait au moins un auteur parmi les huit experts. «Et j'ai réalisé trois pièces au National du temps de Jacques Huismam. Il m'avait même engagé pendant six mois. Je garde une grande admiration pour lui.» Aujourd'hui il souhaite un National qui engage des comédiens belges et qui soit «un théâtre de création mais populaire, qui puisse intéresser les jeunes». Le CA du National a désigné ses 4 experts qui seront les membres de son bureau: le président Robert Delville, le vice-président Henry Ingberg, Leo Deschuyteneer et Pierre-Philippe Harmel.

2 La transition. Philipe van Kessel restant en place jusqu'en juin 2005 et le nouveau directeur étant nommé le 15 février 2004, il y aura une grosse année de cohabitation. Il a été décidé que Philippe van Kessel préparerait l'ensemble de la saison 2004-2005 mais en laissant la possibilité au nouveau directeur d'intervenir sur cette programmation (il ne faut pas bloquer «légalement» les programmations!).

Philippe van Kessel prépare aussi l'ouverture du Jacqmain en septembre 2004. Il prévoit un mini-festival dans toutes les salles du Jacqmain, comprenant une comédie qu'il monterait lui- même, mais rien n'est décidé.

Le nouveau directeur a un mandat de 4 ans renouvelable, au lieu de 5 ans comme l'a connu van Kessel.

3 Le budget. Jusqu'à la dernière seconde, on a demandé à Daniel Ducarme de préciser le budget disponible dans le futur contrat-programme pour donner un signal aux futurs candidats. Il a refusé, préférant en discuter directement avec le futur directeur sur base des projets étudiés et retenus. Mais il apparaît clairement que le budget actuel - même indexé - sera nettement insuffisant par rapport au budget de fonctionnement du Jacqmain, d'autant qu'il faudra sans doute continuer à occuper le Palace jusqu'à la fin de 2004.

4 La ligne. Lors de l'appel à candidatures, plusieurs points ont été actés: le National doit rester un outil de production, ouvert sur la Wallonie, avec un rayonnement international, qui maintient l'idée d'un jeune théâtre. Cette mise au point coupe court au risque de faire du National un Botanique bis ou, pire, un garage d'accueil de spectacles issus de toute la Communauté française. Pour en arriver là, van Kessel et d'autres ont dû se battre. Utilisant entre autres un rapport d'experts internationaux qui n'a pas été diffusé jusqu'ici (avec Faivre d'Arcier, Lasalle, Gonzales et Mancel). Ce rapport de haut vol soulignait la nécessité de garder un outil de production et création, au rayonnement européen, et de développer l'atelier jeune théâtre.

Reste une recommandation encore en suspens en attendant le contrat-programme: rendre ce dernier bien plus souple en allégeant la décentralisation, en supprimant les idées de quotas et les obligations quantitatives pour se concentrer sur les obligations qualitatives.

© La Libre Belgique 2003