Scènes

Suite à la lettre ouverte de vingt (ex-)collaborateurs.trices de Troubleyn dénonçant de graves faits de harcèlement et d'intimidation dans le fonctionnement de la compagnie de Jan Fabre, une centaine de chorégraphes, femmes et hommes, réagissent dans un texte intitulé "Make movement: pour la solidarité et des pratiques artistiques éthiques".

Nommer et reconnaître les abus ou leur possibilité, mettre fin au silence, ne plus détourner la tête: telles sont les bases de cet engagement pour un environnement de travail sain dans le secteur des arts de la scène - et au-delà. "Il ne s’agit pas de limiter la liberté artistique", y lit-on, mais d'instaurer "un espace dans lequel tous sont libres de créer sans peur, douleur ou humiliation". (M.Ba.)


Le texte intégral de la déclaration est à lire (en néerlandais, anglais, français) sur www.rektoverso.be