Scènes De Youtube au plateau, trajets singuliers d’une sacrée comédienne. Rencontre.

Après trois seule-en-scène (" On ne me l’avait pas dit", "Mes nuits sans Robert", "Tout doit sortir") et un roman ("Tout ce silence", Desclée De Brouwer, 2012), Véronique Gallo signait en 2015 un spectacle à trois personnages ("Chacun sa place"), qu'elle interprétait avec Catherine Decrolier et Jean-François Breuer.

Il y a aussi cette série de capsules sur YouTube, "Vie de mère" : le rendez-vous Skype d’une mère de famille nombreuse débordée avec sa psy. "A la mi-mai, j’en aurai livré 60 épisodes." Soixante autres, tout neufs, ont été produits pour Teva, la chaîne "féminine" de M6, et seront diffusés à partir de la fête des mères (le 28 mai en France).


Le spectacle qui en découle, "The One Mother Show", créé le 28 mars dernier, est déjà sur les routes, y compris de France et de Suisse. Et se joue en Belgique jusqu’en décembre. Avec un détour par le Off d’Avignon - une première pour la comédienne. Avec elle, à la mise en scène, Amandine Letawe et Jean Lambert, ses complices de toujours.

Flash-back

En 2015, "Vie de mère" obtient aux Ecrans de l’humour, à Marseille, le prix du public et le prix du jury, présidé par Kev Adams. L’humoriste présente sa consœur belge à sa maison de production - "exclusivement féminine", souligne Véronique Gallo. "Elles ont lancé le projet télé, démarché auprès de M6..."

"Je savais que ce personnage allait être celui du prochain spectacle." Pas question cependant de bricoler une simple transition de l’écran au plateau. Comme les capsules neuves pour M6, "The One Mother Show" est une nouvelle histoire, "écrite avec le même personnage, ses quatre enfants, son mari", le tout en une heure et demie.

Dramaturgie rythmique

Les aficionados de "Vie de mère" le savent, son point fort - outre le sens de l’observation nourrissant l’humour bien senti de Véronique Gallo -, c’est le rythme : un montage débridé, efficace ressort dramaturgique. Comment opérer la transition rythmique ? "Ça a été mon plus gros stress. Hurler et gesticuler pendant 4 minutes, face caméra, OK, mais au-delà c’est vite soûlant." Sa méthode : "Établir une palette d’émotions, construire un voyage, où on traverse plein de moments de vie." Résultat : "Je n’ai jamais pris autant de plaisir à jouer un spectacle."


L’existence préalable des capsules, par ailleurs, "change beaucoup le rapport au public, qui sait ce qu’il vient voir. C’est un métier d’échange. Je peux renvoyer vite beaucoup de choses parce que j’en reçois beaucoup."

Pulsation humaine

La thématique familiale fait recette en télévision; en témoignent des programmes comme "Fais pas ci, fais pas ça" ou "Parents mode d’emploi". Pour Véronique Gallo, il s’agit moins d’une mode que d’un signe des temps. "Donner à ce quotidien trépidant, banal et parfois pesant un reflet humoristique, ça libère les gens. Avec aussi un aspect intergénérationnel, une ouverture à la discussion."

Voire un potentiel de dédramatisation. "Ça reste un regard de femme sur qui l’on est en tant que mère. Je suis aussi branchée sur les faits de société. J’ai abordé les attentats de Bruxelles, le harcèlement à l'école. Mais pas l’élection de Trump. Je ne supporte pas la moquerie." Et la méchanceté, "vis comica" de nombre d’humoristes, ne lui "parle pas" - Desproges étant hors concours. "Ce qui m’intéresse, c’est retranscrire au plus juste, au plus proche, une pulsation humaine, émotionnelle."


"Un autre moi"

Son personnage, c’est "comme un autre moi qui me ressemble vraiment", confie Véronique Gallo. "Je me suis inventé une vie. Mais je monte sur scène sans même changer de nom. En deux ans de vidéos, je ne lui ai jamais donné de métier." Or avant son entrée, la comédienne explique à sa benjamine - en voix off - qu’elle va travailler...

"Vie de mère est le seul projet de ma vie dans lequel je n'ai mis aucun enjeu;"

Jadis prof, vivant "sans regret" en accord avec sa passion ("Je sais depuis très jeune que je veux faire ce métier, mais j'ai mis longtemps à me l'autoriser"), l’auteure et actrice reconnaît que le passage par YouTube a lui-même marqué son parcours singulier. "J’ai découvert un processus créatif rapide, le plaisir du montage, la légèreté totale. J’ai beaucoup appris sur le lâcher-prise. De même, mais à l’inverse, pendant le tournage pour M6 j’ai dû lâcher le bébé. Je viens de le récupérer. Ça reste mon bébé. Ils l’ont bien habillé."


"The One Mother Show" en tournée : www.veroniquegallo.com 

La comédienne se produit également, avec d'autres humoristes, au festival de comédie Kermezzoo (Bruxelles, Cinquantenaire, du 5 au 21 mai).